Crise du Covid : 45% des Subsahariens anticipent un impact sur leurs finances en 2021

GeoPoll_Covid

L’Afrique subsaharienne semble pour l’instant moins touchée par la pandémie du Covid que d’autres régions du monde. Même si les niveaux de diffusion de l’épidémie sont très différents d’un pays à un autre, avec par exemple l’Afrique du Sud et le Kenya qui enregistrent des niveaux de diffusion bien plus élevés que la Côte d’Ivoire. Si la pression sur les systèmes locaux de prise en charge et de soins des patients semble sans commune mesure avec ce qu’il est observé par exemple aux Etats-Unis, la tension économique résultant de la pandémie n’en est pas moins importante dans les pays subsahariens. Dans une nouvelle étude consacrée au sujet, GeoPoll permet d’en prendre la mesure. L’étude a été conduite dans six pays (Côte d’Ivoire, Kenya, RD Congo, Afrique du Sud, Nigéria, Mozambique) du 10 au 24 Novembre 2020 suivant la méthode de collecte qu’exploite classiquement cet institut, le sondage par SMS. Un échantillon de 500 personnes 15+ a été interrogé par pays, soit au total 3000 personnes dont 50,4% de genre féminin et 49,6% de genre masculin.

Des revenus en recul depuis Juin

En droite ligne avec les observations de GeoPoll dans ces précédentes études, 55% des personnes interrogées soulignent que la difficulté la plus importante générée par le Covid est la tension sur leurs niveaux de revenus. Au Kenya, la proportion de répondants ayant souligné cet aspect s’élève à 69%, le total le plus élevé, et de loin, parmi les six pays couverts par l’étude. Concernant cette tension sur les revenus, GeoPoll rapporte que jusqu’à 79% des personnes interrogées indiquent avoir enregistré une baisse de revenus depuis Juin 2020. Une nouvelle fois, c’est au Kenya que les niveaux semblent les plus importants avec 86% de personnes concernées parmi l’échantillon local de 300. Lorsqu’ils sont invités à se projeter dans l’avenir, près de la moitié (45%) des répondants estime que les effets néfastes du Covid sur leurs finances personnelles perdureront encore 6 mois au minimum, soit au moins jusqu’au terme du premier trimestre 2021.

Mais à plus long terme, une forte majorité (65%) de répondants estime que leur situation financière finira par s’améliorer au cours de l’année 2021. Ils sont également nombreux (51%) à se montrer optimistes pour l’économie de leurs pays respectifs.

Un shopping de fin d’année qui trinque

En attendant, 65% ont davantage de difficultés à payer leurs factures par rapport au mois de Juin où GeoPoll avait effectué un précédent sondage. Sans surprise, ils ont en majorité (57%) réduit leurs dépenses non essentielles. En Afrique du Sud et au Kenya, les proportions de personnes ayant réduit des dépenses qu’elles estiment non essentielles s’élèvent respectivement jusqu’à 60% et 72%, les niveaux les plus élevés par rapport aux autres pays. Et le shopping de fin d’année n’y échappe pas. 66% à l’échelle des six pays couverts déclarent avoir réduit leurs dépenses pour les fêtes de fin d’années par rapport à 2019.

En Afrique du Sud et au Kenya où les niveaux de diffusion de l’épidémie sont plus élevés, les proportions de personnes ayant réduit leurs niveaux de shopping de fin d’année s’élèvent respectivement à 68% et 80%.

Un retour à la normale espéré pour 2021

Les chiffres de l’étude GeoPoll soulignent une nouvelle fois l’étendue du dommage de la crise du Covid sur la vie des Subsahariens qui en majorité semblent se montrer résilients même sans aide publique comme cela a pu être le cas dans de nombreux pays de l’OCDE pour ne citer que cet exemple. Ils espèrent ainsi en majorité un retour à la normale au cours de l’année 2021. Plus de 40% l’espèrent pour le premier semestre. Les moins optimistes (17%) pour le second. Néanmoins, il y a 9% qui n’anticipent un retour à la normale que pour 2022. Les plus désespérés (9%) estiment même qu’ils ne retrouveront jamais leurs vies d’avant.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.