Canal+ monte au capital de MultiChoice

Canal+

Ce n’est pas un secret. Canal+ souhaite être une place forte de la télévision et de la vidéo sur les deux principaux versants (anglophone et francophone) de l’Afrique subsaharienne. Sa dernière tentative de rapprochement capitalistique avec son concurrent et partenaire de toujours dans la région, MultiChoice, s’était soldée par une fin de non recevoir. Cela n’a toutefois pas émoussé les ardeurs du groupe audiovisuel français qui n’a probablement pas renoncé à son ambition stratégique. Renforcée par ailleurs par la montée en puissance depuis quelques années de StarTimes qui se présente comme une alternative crédible aux deux premiers en s’affranchissant d’ailleurs de la démarcation entre les deux Afriques subsahariennes. Fort de ce contexte, l’information parue il y a quelques jours concernant l’acquisition de 6,5% du capital du Sud-africain par le Français est loin d’être une surprise. Elle fait toutefois s’interroger la presse spécialisée de la nation arc-en-ciel qui y décèle une stratégie rampante pouvant aboutir à une prise de contrôle. Si une telle perspective n’est pour l’instant que fiction, la réputation non surfaite de raider de Vincent Bolloré laisse penser que l’histoire ne s’arrêtera pas là. Les révélations de TechCentral tendent à conforter cette thèse. Le média sud-africain rapporte en effet que Canal+ a débuté l’acquisition de titres MultiChoice en circulation à partir d’Avril 2020. Six mois plus tard, le groupe français franchit le seuil des 5% du capital, seuil faisant obligation d’une communication publique informant le marché.

Dans son communiqué, le groupe français explique que « cette acquisition, placement financier de long-terme, témoigne de la confiance de Groupe Canal+ et de son actionnaire Vivendi, dans les perspectives de MultiChoice et du continent africain, auquel ils sont très attachés » . Néanmoins, la suite de l’histoire reste probablement à écrire.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.