MultiChoice incertain de l’impact du Covid-19 sur ses prochains résultats

Multichoice Group 400x400

Le géant sud-africain de la vidéo et du divertissement a présenté, il y a déjà plusieurs semaines, les résultats de son exercice 2020 décalé (clos le 31 Mars 2020). Le groupe indique à cette occasion qu’il a pour l’instant plutôt bien résisté à la crise, le confinement ayant même entraîné vers la fin Mars une croissante forte des abonnements à ses bouquets sur divers marchés subsahariens. Mais ça c’était fin Mars. Depuis, la crise semble s’être durablement installée et les dernières communications de l’OMS tendent à préparer l’opinion publique à faire face à une crise sanitaire particulièrement longue. La nouvelle accélération du rythme de diffusion de la pandémie dans de très nombreux pays ces dernières semaines rappelle également que le monde est loin d’avoir triomphé de cette crise sanitaire, par ailleurs très éprouvante au plan économique. Partant, MultiChoice prévient le marché à propos du manque de visibilité à date sur les niveaux d’impacts potentiels sur ses résultats pour l’exercice 2021. La vulnérabilité accrue de nombreuses économies du continent et la chute des cours du pétrole pèsent déjà sur ses revenus précise-t-il. Le groupe tente néanmoins de rassurer en mettant en avant ses niveaux d’actifs (9,8 milliards de Rands, soit environ 570 millions $) et de trésorerie (14,1 milliards de Rands soit environ 820,5 millions $) au 31 Mars. Une position financière qu’il estime solide et de nature à l’aider à passer la crise avec le moins de dommages possibles.

Plus de 600 milles nouveaux abonnés linéaires

Pour revenir à l’exercice 2020 décalé et clos le 31 Mars, MultiChoice présente à nouveau de solides fondamentaux. Le nombre d’abonnés aux offres linéaires a notamment fortement progressé. Sur le deuxième semestre (1er Octobre 2019 – 31 Mars 2020), 691 milles nouveaux abonnés courants ont rejoint le parc de MultiChoice dans la région subsaharienne. La performance est à saluer tant elle permet d’effacer, et de loin, le recul observé au précédent semestre. Comme souvent ces derniers semestres, le hors Afrique du Sud fournit l’essentiel (69,2%) des nouveaux abonnés. Ce n’est pas pour autant qu’il est rentable. MultiChoice y enregistre une nouvelle perte opérationnelle, même s’il a réussi à la réduire à 2,9 milliards de Rands (environ 168,8 millions $), soit une amélioration de 22% en glissement annuel. En revanche, l’Afrique du Sud, qui apporte plus de 50% de l’ensemble du parc d’abonnés (7,888 millions) enregistre un bénéfice opérationnel s’élevant à 10,3 milliards de Rands (environ 599 millions $).

Sur l’OTT, qu’opère le groupe sud-africain avec deux plateformes, ShowMax et DStv Now, le nombre mensuel d’utilisateurs actifs a aussi fortement progressé en un an (+39%). MultiChoice observe aussi que les utilisateurs consomment plus souvent (+85%) et plus longtemps (+18%) les contenus disponibles sur ses plateformes OTT, dont le sport live depuis quelques mois. L’entreprise rapporte aussi le succès rencontré par la version 100% mobile de ShowMax, d’abord lancée au Nigéria et au Kenya, et ensuite en Afrique du Sud. Ce format 100% mobile compterait pour au moins 20% des nouveaux utilisateurs attirés par ShowMax.

Trackers devant GOT

Pour son catalogue de contenus, MultiChoice continue de parier avec un certain succès sur les productions africaines. C’est ainsi qu’il a ajouté au cours de l’exercice 2020 environ 3850 heures de contenus locaux dont des co-productions comme Trackers. Cette dernière aurait réalisé en Afrique du Sud les meilleures audiences TV pour une fiction, même devant un succès planétaire comme Game of Thrones (GOT). Pour 2021, deux nouvelles co-productions sont déjà annoncées, Rogue et Blood Psalms. Le groupe audiovisuel sud-africain lancera également 4 nouvelles chaînes dédiées à la diffusion des productions africaines.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.