Covid-19 : une deuxième vague de l’étude GeoPoll

GeoPoll Covid-19 vague 2

GeoPoll a conduit entre le 02 et le 09 Avril une deuxième vague de son étude mesurant les impacts de la pandémie du Covid-19 sur le quotidien des ménages en Afrique subsaharienne. Sur cette deuxième vague, la couverture géographique de l’étude a été étendue à 12 pays (Afrique du Sud, Bénin, Côte d’Ivoire, Ghana, Kenya, Mozambique, Nigéria, RD Congo, Ouganda, Rwanda, Tanzanie, Zambie) avec un mélange de territoires francophones et anglophones. Environ 400 répondants représentatifs dans chaque pays ont participé à l’étude pour un échantillon total de 4 788 répondants âgés de 15 ans et plus. Les questions ont été administrées en plusieurs langues selon les pays (Anglais, Français, Portugais, Kinyarwanda, Swahili) soit par SMS soit via une application mobile.

Des changements dans la fréquence de shopping

Sur cette deuxième vague, l’un des premiers impacts du Covid-19 observé par GeoPoll porte sur la fréquence de shopping. Parmi les recommandations faites par la majorité des autorités administratives et sanitaires dans le monde pour ralentir le rythme de diffusion du virus, il y a la limitation des déplacements à l’extrême essentiel et l’observance de règles de distanciation sociale. Dans cette optique, de nombreux commerces et entreprises ont été invités à cesser leurs activités de manière temporaire. Dans la région subsaharienne, cela a aussi concerné les marchés de plein air. Seuls 20% des répondants ont par exemple rapporté que tous les marchés sur lesquels ils ont l’habitude de faire leurs courses sont restés ouverts. Autrement dit, la grande majorité a observé des fermetures de leurs marchés de plein air habituels. Ce qui a, entre autres, entraîné pour plusieurs répondants (51%) un basculement sur d’autres lieux pour faire leurs shopping, en l’occurrence les supermarchés.

Les répondants ont aussi rapporté des changements dans leurs fréquences de shopping alimentaire et dans les quantités achetées. 60% indiquent par exemple effectuer moins fréquemment du shopping quand 20% déclarent à l’inverse en avoir accru la fréquence. Quant aux volumes, 42% indiquent par exemple se reporter sur des emballages de taille plus importante et 72% sur des marques moins coûteuses que les marques habituellement achetées pour faire des économies, anticipant ainsi une crise économique qui devrait durer à la suite de la crise sanitaire. Sur le non alimentaire, 69% indiquent avoir réduit leurs achats, toujours pour faire des économies.

Progression de la fréquentation médias

Un autre point de changement majeur observé dans les habitudes des ménages concerne la fréquentation des médias. Afin de se tenir informés à propos de la pandémie, de très nombreux répondants (66%) déclarent avoir accru leur consommation de contenus médias. En revanche, à la différence de la précédente vague, GeoPoll observe que la première source d’informations sur la pandémie est la TV (45%) devant les médias sociaux (40%) et la radio (39%).

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.