Jumia réduit la voilure au Cameroun

Jumia

L’information a très vite fait le tour de la toile au Cameroun la semaine dernière. Jumia, géant du e-commerce en Afrique, baisse pavillon au Cameroun. La marketplace (jumia.cm), son vaisseau amiral, n’est plus accessible depuis plusieurs jours. Elle renvoie désormais vers son portail de petites annonces, Jumia Deals. Comme au Congo et au Gabon ont vite fait de rappeler plusieurs sources en Afrique centrale. Dans les faits, cette sortie du marché camerounais interroge un peu plus les analystes sur la pérennité du modèle Jumia en Afrique. Surtout après le récent renoncement d’Afrimarket, de taille certes beaucoup plus modeste que le géant opérant depuis le Nigéria et les EAU (Emirats Arabes Unis). Mais intervenant à la suite de précédents renoncements comme ceux de Cdiscount et Groupon.

En effet, si les résultats commerciaux de l’entreprise technologique fondée par Sacha Poignonnec et Jérémy Hodara continuent de progresser rapidement (+95,2% de commandes en glissement annuel en Q3 2019), il n’en est pas de même pour la rentabilité économique. Les pertes opérationnelles au troisième trimestre se creusent d’environ 35% par exemple en glissement annuel à -54,6 millions $. Et la confiance que lui accordait le marché a été sérieusement entamée depuis son IPO réussi à New York. Alors que le titre avait grimpé en flèche pour approcher les 47 $ début Mai, il s’échangeait Vendredi en dessous de 6 $. La capitalisation boursière de la pépite a ainsi fondu à environ 456 millions $. Ces sept derniers mois, Jumia aurait en réalité perdu environ 3 milliards $ de capitalisation boursière pour sortir, pour l’instant, de la catégorie des licornes technologiques.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.