Droits médias de la CAF : rupture avec Lagardère

Arnaud Lagardère

Nouveau développement dans la tumultueuse relation entre la CAF et Lagardère Sports. L’instance faîtière du foot en Afrique a communiqué en début de semaine dernière à l’agence française de marketing sportif sa décision de rompre définitivement le nouveau contrat commercial qui les lie depuis 2017 et dont l’échéance est prévue pour 2028. Lagardère Sport a publié dans la foulée un communiqué dans lequel il regrette et condamne cette nouvelle position adoptée par la CAF.

Forte opposition

Les deux parties avaient en effet entamé des discussions depuis plus d’un an pour tenter de sauver un accord à propos duquel Ahmad Ahmad, président de la CAF, a toujours exprimé un inconfort. Dès ses premières prises de parole en tant que nouveau président élu à la tête de la confédération africaine de football, le Malgache a pris position contre cet accord conclu en 2015 (et signé plus tard) par son prédécesseur, le Camerounais Issa Hayatou. Le nouveau dirigeant et son équipe avaient alors menacé de casser de manière unilatérale cet accord qu’ils considèrent défavorable pour le football africain en s’appuyant sur d’éventuelles failles dans le contrat. Ou en se basant sur le changement de format pour la CAN, principale compétition objet de l’accord. Le passage de 16 à 24 équipes pour cette compétition ouvrait la voie à une modification du contrat au minimum. Après cet premier épisode plutôt belliqueux, le discours de la CAF a ensuite évolué. Ahmad Ahmad a annoncé en Septembre 2018 la mise en place de discussions avec Lagardère pour examiner les préoccupations de l’organisation qu’il dirige.

Exfiltration des droits free TV

La teneur des discussions entre les deux parties n’a jamais filtré. Néanmoins, Lagardère Sports semble avoir concédé à la CAF une évolution de leur accord avec une exfiltration de la commercialisation des droits de diffusion en clair en Afrique subsaharienne pour plusieurs compétitions, dont la CAN, entre 2019 et 2023. Ce que nous avait confirmé en Février une source au sein de l’agence parisienne. Toutefois, cela ne fut pas indolore pour la CAF en termes de coût selon certaines sources. A l’arrivée, l’UAR, qui était en concurrence avec Infront Sports notamment, s’est vu confier la commercialisation de ces droits free TV terrestres. Une petite victoire pour plusieurs parties prenantes en Afrique qui jugeaient inacceptable que la commercialisation des droits free TV de compétitions africaines soit laissée entre les mains d’organisations non africaines et installées hors du continent.

Plusieurs investigations

Si la vie de l’accord fut tumultueuse entre les deux parties, elle le fut aussi et surtout au plan de la régulation avec plusieurs investigations pour pratiques anti-concurrentielles. D’abord en Egypte, siège de la CAF, où le régulateur de la concurrence a jugé irrecevable cet contrat conclu sans appel à concurrence en dépit des montants en jeu. Le régulateur égyptien n’a toutefois pas réussi à faire condamner devant la cour économique du Caire, l’une ou l’autre des parties. Mais plutôt Issa Hayatou et Hicham El Amrani, respectivement anciens président et secrétaire général de la CAF, pour avoir paraphé l’accord avec Lagardère. Les deux ex-dirigeants avaient réagi à leur condamnation en trouvant surprenant ce verdict, qui ne met en cause ni la CAF, ni Lagardère Sports, les entités morales concernées.

Le régulateur de la concurrence du COMESA (marché commun pour l’Afrique orientale et l’Afrique australe) enquête aussi sur cet accord depuis 2017 après avoir exprimé des inquiétudes à propos de son impact sur les diffuseurs et les sponsors dans la région.

Plusieurs candidats à la succession

Pour prendre la suite de Lagardère Sports, plusieurs candidats sont déjà évoqués. Notamment le Suisse Infront Sports soutenu par son actionnaire chinois Wanda. Des sources laissent entendre qu’ils partent avec une bonne avance par rapport à d’autres potentiels candidats comme l’Américain Wasserman. Ce dernier pourrait aussi être intéressé à reprendre Lagardère Plus, le pôle branding et activation de Lagardère Sports. Les bruits de marché évoquent aussi l’Espagnol Mediapro.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.