De solides premiers résultats pour MultiChoice Group

MultiChoice résultats FY 2019

MultiChoice Group a publié Mardi 18 Juin ses premiers résultats depuis son spin-off et son introduction en bourse à Johannesburg fin Février. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’exercice 2019 clos le 31 Mars fut très solide. Le marché a d’ailleurs semblé saluer ces premiers résultats annuels, le titre ayant régulièrement clôturé en progression depuis Mardi (9,13 $ ; +2,18%) pour atteindre 9,39 $ environ par action Vendredi, soit +40% environ par rapport au cours d’introduction en Février et une valorisation marché actuelle autour de 4,2 milliards $.

1,2 million de nouveaux abonnés au cours du dernier semestre

Il faut dire que le groupe audiovisuel a fait presque aussi bien qu’au cours de l’excellent second semestre (Octobre 2017 – Mars 2018) de son exercice 2018 où il avait recruté 1,244 million de nouveaux abonnés. Entre Octobre 2018 et Mars 2019, MultiChoice a en effet attiré environ 1,197 million de nouveaux clients pour ses offres vidéo linéaire. Le succès des promo de fin d’année continue à soutenir la croissance de l’industrie. Le parc de MultiChoice affiche ainsi 15,097 millions d’abonnés au compteur au 31 Mars 2019. Cela correspond à une progression de 12% en glissement annuel. Selon les chiffres communiqués, ce parc actif (abonnements effectivement en cours à la date du décompte) représenterait environ 81,26% d’une base installée de 18,579 millions de clients ayant acheté au moins un abonnement au cours des trois derniers mois de l’exercice fiscal.

Les revenus tirés des abonnements s’élèvent d’ailleurs à environ 2,87 milliards $, en progression de 7% en glissement annuel. Les abonnements aux diverses offres vidéo linéaire représentent l’essentiel (82%) des revenus annuels (3,5 milliards $) du groupe sud-africain, des revenus également en progression de 6% en glissement annuel. Quant au bénéfice opérationnel, il est aussi en progression de 11% en glissement annuel à 490 millions $ environ.

Les autres marchés devant l’Afrique du Sud en volume

Dans le détail, l’Afrique du Sud, marché domestique et principal marché du groupe audiovisuel affiche 7,45 millions d’abonnés au compteur. Il a donc enregistré 241 milles nouveaux abonnés DTH au cours du semestre. Il continue d’être la première source (81,7%) en termes de revenus d’abonnements pour le groupe avec 2,35 milliards $. Ces revenus, pour l’essentiel, sont apportés par les abonnés aux offres vidéo linéaire entrée de gamme baptisées mass market (Family, Acess et Easyview). Le nombre d’abonnés à ce niveau de service a progressé de 23% en glissement annuel à 3,1 millions. Le nombre d’abonnés aux offres milieu de gamme ou mid market (Compact, Commercial) n’a pas sensiblement évolué en un an en restant à 2,8 millions. Les offres premium (Premium, Compact Plus) ont en revanche de nouveau perdu des abonnés, -7% en glissement annuel à 1,5 million.

Principal fait marquant du second semestre de l’exercice fiscal 2019 de MultiChoice, les autres marchés africains du groupe sont passés devant l’Afrique du Sud en nombre d’abonnés, même si le marché arc-en-ciel reste le principal marché en termes de revenus. Au 31 Mars, les autres marchés affichaient 7,65 millions d’abonnés au compteur, soit +14,3% par rapport au semestre précédent. Comme d’habitude, l’essentiel des nouveaux abonnés est allé vers les offres mass market (bouquets cités plus haut auxquelles s’ajoutent les offres TNT comme GOtv Max, GOtv Plus, GOtv Value, GOtv Lite), +18% en glissement annuel à 5,7 millions. Les offres mid market ont attiré 100 milles nouveaux abonnés en un an quand les bouquets premium en attiré 200 milles.

Le croisement des courbes entre l’Afrique du Sud et les autres marchés était inévitable tant la croissance sur ces marchés fut rapide ces dernières années, le taux de pénétration de la télévision payante étant faible dans de nombreux pays subsahariens. Le groupe estime d’ailleurs que ces marchés sont en bonne voie pour atteindre la rentabilité à moyen terme. Les pertes opérationnelles y ont par exemple été réduites à 260 millions $ au cours de l’exercice qui s’achève, soit -63 millions $ en un an.

Le pari des contenus locaux

Pour maintenir son niveau de croissance hors Afrique du Sud, MultiChoice fait notamment le pari du contenu local en déclinant sa chaîne Africa Magic sur certains marchés. C’est ainsi que Pearl Magic, septième déclinaison d’Africa Magic, a été lancée en Ouganda. Les offres de contenus de Zambezi Magic (Zambie), Maisha Magic (Kenya), Maisha Magic Bongo (Tanzanie) ont été en parallèle renforcées. Au Nigéria, les bouquets ont également enregistré l’arrivée de deux chaînes de fictions locales, ROK2 et ROK3, éditées par ROK Studio de Jason Njoku.

Globalement, l’offre de contenus africains a progressé de plus de 4 600 heures en un an, avec par exemple 20 nouvelles séries, pour atteindre environ 50 000 heures disponibles. Le groupe explique avoir porté à 40% en 2019 la part dédiée aux productions locales dans les investissements en contenus hors sport. L’objectif est d’atteindre le ratio de 45% à l’horizon 2022 souligne-t-il. Pour l’exercice 2020 qui a débuté en Avril, 29 séries et 52 films en guise de nouvelles productions africaines sont annoncés pour renforcer l’offre disponible.

MultiChoice sécurise sa licence TNT au Nigéria

Autre info importante pour le marché, MultiChoice annonce avoir sécurisé en Mars 2019 le renouvellement des ses licences DTH et TNT au Nigéria. Une alerte avait été émise en Février 2018 sur ce marché par le régulateur audiovisuel sur la situation de non conformité de GOtv / MultiChoice à propos du nouveau cadre légal régissant la TNT. Les diverses parties concernées semblent finalement avoir trouvé un terrain d’entente. Le groupe sud-africain indique aussi avoir sécurisé le renouvellement de 11 licences sur d’autres territoires en Afrique subsaharienne.

Enfin, sur le sujet de l’OTT, le groupe sud-africain, à l’instar d’autres, reste silencieux sur la taille réelle de son parc abonné qui cumule les abonnés à ShowMax et DStv Now. Tout juste indique-t-il qu’elle a doublé d’un exercice à l’autre pour correspondre à 1,6 fois la taille du parc abonné de Netflix dans la région.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.