Discussions ouvertes pour l’acquisition des droits free TV des compétitions CAF

UAR CAF

Grégoire Ndjaka, directeur général de l’UAR, a pris la parole Mardi 23 Avril à Dakar dans le cadre d’un événement presse organisé par son institution. L’occasion pour le dirigeant de répondre à plusieurs interrogations à propos de la commercialisation des droits terrestres free TV que la CAF vient d’attribuer à l’UAR pour la région Afrique subsaharienne. Il a notamment expliqué le mode de commercialisation envisagé est celui du package. Les diffuseurs ne pourront pas acquérir de sous-licences à la carte en investissant exclusivement sur les compétitions carrefour d’audience comme les CAN 2019 et 2021. Selon le directeur général de l’UAR, il est nécessaire d’offrir un maximum de visibilité à l’ensemble des compétitions. La CAF en aurait d’ailleurs fait une condition lors de l’attribution des droits. Les diffuseurs subsahariens souhaitant proposer en clair les deux prochaines CAN à leurs audiences devront également donc s’engager sur l’ensemble du package de compétitions CAF dont les droits free TV terrestres sont disponibles à l’achat dans la région.

Pas que les diffuseurs publics

Autre précision importante faite par Grégoire Ndajaka Mardi dernier, l’accès aux sous-licences est ouvert aux chaînes de télévision privées de la région subsaharienne. Cette évolution est à inscrire dans la tendance initiée en 2018 avec la Coupe du monde FIFA dont les droits ont pu être sous-licenciés à quelques groupes audiovisuels privés dans la région, notamment au Sénégal, au Cameroun, au Kenya et au Nigéria. En dépit des nombreux couacs observés dans l’approche marché d’Econet Media, alors responsable de la commercialisation des droits free TV de la Coupe du Monde dans la région. Au cours de sa prise de parole, le patron de l’UAR a d’ailleurs évoqué le cas du Sénégal où il aurait déjà engagé des discussions avec plusieurs parties prenantes dont la RTS, un mandant de l’UAR qui pourrait du fait de son statut bénéficier d’un droit de préemption. Les discussions incluent également le régulateur audiovisuel CNRA, le Groupe Futurs Médias de Youssou Ndour qui a déjà bataillé avec la RTS à propos des droits en clair de la Coupe du Monde FIFA 2018 au Sénégal, e-media Invest de Mamadou Ibra Kane, récent entrant sur le marché de la diffusion TV dans le pays. L’ouverture aux chaînes de télévision privées était de toute façon attendue, certaines d’entre elles ayant participé aux travaux de la dernière assemblée générale de l’UAR à Marrakech fin Mars. A la suite de ses premières discussions avec les éventuels diffuseurs en Afrique subsaharienne, l’UAR pourrait communiquer cette semaine une première liste de chaînes de télévision sur les rangs pour diffuser la CAN 2019 et les autres compétitions CAF jusqu’en 2023.

Promesse des tarifs accessibles

Sur l’épineux sujet des tarifs d’accès à la diffusion du package de compétitions, Grégoire Ndjaka s’est voulu rassurant en indiquant que le but de son organisation n’est pas d’entretenir l’envolée observée ces dernières années sur le marché des droits sportifs. Bien au contraire. L’UAR a milité ces derniers mois pour que l’inflation des droits sportifs soit davantage maîtrisée. En conséquence, le dirigeant a indiqué que les tarifs du package de compétitions à sous-licencier seront définis suivant une approche similaire à celle qui avait été retenue en 2017 à la veille de la CAN au Gabon. Une approche dégressive tenant compte de la participation ou non de la sélection nationale à la CAN, la situation macroéconomique, le contexte politique et social, la taille en termes de population, etc. Cela dit, le passage à 24 équipes pour les CAN change un minimum la donne. La CAF attend en effet une rémunération plus élevée tenant compte de cette évolution du format de sa compétition phare.

Si la prise de parole de Grégoire Ndjaka apporte effectivement quelques premières réponses au marché, quelques autres aspects importants attendent d’être éclairés. Par exemple, les aspects techniques de la production des contenus à reprendre par les diffuseurs en clair.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.