Netflix creuse l’écart en Afrique subsaharienne

Netflix Moyen-Orient 950x620

Digital TV Research a publié Lundi ses estimations du marché de la vidéo OTT en Afrique subsaharienne en 2018. Couvrant un ensemble de 35 pays de la région, l’étude dénombre 3,03 millions d’abonnés à la SVOD, soit presque le double du parc enregistré (1,561 million) un an plus tôt. Mais l’un des principaux enseignements de la livraison effectuée Lundi par Digital TV Research porte sur les parts de marché. Les chiffres soulignent en effet qu’au jeu des additions, Netflix continue de mieux s’en tirer que ses principaux concurrents. Alors qu’il se situait à environ 43,6% de part marché en 2017, le service SVOD de Los Gatos gagne près d’un point et demi en douze mois pour afficher 45% de part de marché globale et 1,363 million d’abonnés fin 2018, soit plus que l’ensemble des 4 autres principaux services commercialisés sur le marché subsaharien. Selon les estimations de Digital TV Research, ShowMax, iROKO, Prime Video et Kwesé iflix cumulent ensemble environ 42% de parts de marché. Si l’on se fie à la percée tentée au second semestre 2018 par Kwesé iflix, notamment grâce à la Coupe du monde FIFA, il semble donc que ce soient ShowMax et iROKO qui aient davantage fait les frais de la nouvelle saillie d’un Netflix qui lancera dès 2019 sa première création originale africaine, un aspect sur lequel il était plus en retrait par rapport à ses concurrents. Cependant, vu les ambitions qu’il affiche dès son premier projet dans la région, il y a fort à parier qu’il attirera toujours plus de nouveaux abonnés, alors qu’il a déjà, imitant en cela le marché, multiplié par deux (+100,2% de progression) son parc d’abonnés au en un an.

Géographiquement, l’Afrique du Sud et le Nigéria continuent de fournir l’essentiel des utilisateurs de la SVOD en Afrique subsaharienne avec 71% des abonnés provenant de ces deux pays. Comme autres faits marquants en 2018, on rappellera l’exit du malaisien iflix qui a cédé le solde de ses opérations dans la région à Kwesé. Pour sa part, le français iROKO+ (Canal+) ne s’est pas montré particulièrement actif. Ce qui fait dire à Simon Murray de Digital TV Research que plusieurs groupes internationaux semblent avoir revu à la baisse leurs ambitions dans la région.

Porté par le mobile face au linéaire

Comparée à la télévision payante, la SVOD progresse vite, même très vite. La taille du parc linéaire est certes encore très au-dessus, à plus de 28 millions d’abonnés. A côté, la SVOD fait pour l’instant figure de nain avec ses 3,03 millions d’abonnés. Cela dit, elle s’est tout de même envolée de +477% au cours des deux dernières années, portée notamment par le mobile et l’accélération rapide du nombre de foyers haut débit (filaire ou sans fil) en Afrique subsaharienne. Selon les prévisions de Digital TV Research, la télévision payante ne représentera d’ailleurs plus qu’un multiple de 4 en volume par rapport à la SVOD à l’horizon 2024. En 2016, le multiple était encore de 37.

Crédit photo © : visualhunt/jeso.carneiro

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.