StarTimes Sénégal confirme la suspension de la commercialisation de ses décodeurs

StarTimes LSFP 400x400

Sur requête de l’ARTP, la douane sénégalaise a récemment intercepté à l’import une cargaison de décodeurs de l’opérateur de télévision payante. Selon nos sources, le régulateur des télécoms n’avait pas encore délivré son quitus pour commercialiser les décodeurs de l’opérateur sur le marché sénégalais. Selon les précisions de David Courbe, directeur des relations publiques en Afrique francophone de StarTimes, c’est en réalité depuis le 04 Septembre que le distributeur audiovisuel a dû suspendre la commercialisation de ses décodeurs au Sénégal « sur injonction de l’ARTP » . Selon le responsable, cette situation ainsi que l’ensemble des autres déboires (interpellation du CNRA quant à sa mise en conformité avec le cadre légal local, condamnation par le tribunal de commerce de Dakar, etc.) que connaît l’opérateur de télévision payante au Sénégal, sont toutefois à mettre au crédit d’Excaf, bête noire de StarTimes au Sénégal. Le groupe de Sidy Diagne n’a en effet ménagé aucun effort en usant de toutes les voies légales pour faire suspendre ou faire ralentir les opérations commerciales de StarTimes dans le pays au motif qu’elles contrevenaient au cadre réglementaire lui conférant pour l’instant l’exclusivité de la commercialisation TNT. Plusieurs officiels, dont le patron du CNRA ou encore le ministre de la communication, ont pourtant indiqué que l’opérateur de télévision payante n’avait vocation qu’à commercialiser des offres DTH (satellite) au Sénégal. En attendant, la situation reste bloquée. Le public ne peut encore accéder à Life TV qui doit diffuser au moins deux matchs par journée du championnat local de football dont StarTimes a acquis les droits globaux. StarTimes ON, le service OTT du distributeur audiovisuel reste à date le seul moyen d’y accéder.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.