Nouvelle rumeur d’IPO concernant Jumia

Jumia IPO MTN 200x200

Bloomberg a relancé Jeudi les rumeurs d’une éventuelle IPO de Jumia. Selon l’agence, MTN, premier investisseur de l’entité e-commerce co-dirigée par Sacha Poignonnec et Jeremy Hodara, serait à l’initiative. Le telco sud-africain ciblerait la place boursière de New York pour réaliser l’opération. Reuters évoquait pour sa part en Mars les bourses de Londres ou Francfort comme alternatives sur la table. Bloomberg révèle par ailleurs l’intérêt de Rocket Internet (21,7% du capital de Jumia) des frères Samwer qui seraient également ouverts à l’idée d’une introduction en bourse de la seule licorne basée en Afrique. Toutefois, les parties étudieraient également une autre option : celle d’un deal privé de cession à de nouveaux investisseurs intéressés à prendre le relais au tour de table de Jumia. La rentabilité de la start-up lancée en 2012 se fait en effet toujours attendre même si les observateurs lui maintiennent sa confiance en tablant sur son formidable potentiel de croissance dans une région Afrique où le digital progresse très vite. Au terme du premier trimestre 2018, sa base de shoppers actifs (*) a par exemple progressé de 13,6% à 2,5 millions pour un GMV (gross merchandise volume) de 151,3 millions € (en progression de 70,9% en glissement annuel) et des revenus s’élevant à 28 millions € (progression de 29,1% en glissement annuel).

S’il venait à se confirmer, le désengagement de MTN s’inscrirait dans la restructuration d’actifs initiée depuis plusieurs mois par le telco sud-africain. Bloomberg indique que la cession de ses parts au capital de Jumia contribuerait à réduire sa dette s’élevant à 4,8 milliards $. Il a par exemple cédé en Juillet sa filiale chypriote à Monaco Telecom contre 203 millions €. Il continue par ailleurs à examiner selon Bloomberg la situation de certaines filiales opérées sur des marchés subsahariens estimés comme trop petits ou trop complexes au niveau de la régulation. Rob Shuter a d’ailleurs déploré en marge du Mobile 360 Africa organisé par la GSMA à Kigali le poids trop élevé de la régulation et des amendes sur les activités de son groupe. Le retour des sanctions américaines en ce qui concerne le marché iranien n’est pas non plus pour arranger les choses.

(*) Shoppers ayant effectué au moins un achat en 2017

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.