Droits TV de la Coupe du monde : une commercialisation approximative par Econet Media

FIFA Coupe du monde 2018 commercialisation droits TV _200x200

Voilà une bonne huitaine de jours que l’édition 2018 de la Coupe du monde de football a refermé ses portes en Russie, avec une victoire finale de la France face à la Croatie devant environ 36% de téléspectateurs en Afrique subsaharienne anglophone. Si côté spectacle, les aficionados ne semblent pas avoir été très déçus en dépit de la sortie précoce des 5 équipes africaines en lice, des questions demeurent en ce qui concerne la diffusion de la compétition dans la région subsaharienne. Econet Media qui a ravi la commercialisation des droits free-to-air (FTA) à l’UAR en proposant d’acquitter un montant plus élevé semble avoir connu quelques loupés dans son approche marché, notamment au Sénégal où le groupe sud-africain a été contraint d’annuler au cours des derniers jours de la compétition la licence qu’il a attribuée à GFM via ANTV, une société basée en Île de France. Alors que le distributeur sud-africain avait rassuré l’éditeur public sénégalais RTS en ce qui concerne la non attribution de droits FTA terrestres à son concurrent TFM, ce dernier a pourtant diffusé de nombreux matchs relevant du panier free-to-air en même temps que son antenne sœur L’Obs TV accessible sur satellite (direct-to-home). La liste officielle FIFA disponible à ce moment là ne faisait en effet explicitement mention que du groupement ANTV – L’Obs TV comme détenteur d’une licence média au Sénégal, via KFS. Mais selon une nouvelle version du 03 Juillet de ladite liste FIFA, TFM fait son apparition aux côtés de L’Obs TV et ANTV. Ce qui semble indiquer que Econet Media, chargé de la commercialisation des droits FTA en Afrique subsaharienne, a explicitement notifié à un moment donné à la FIFA une attribution de droits TV à TFM et L’Obs TV sur le marché sénégalais, parallèlement aux droits concédés à RTS. A la lumière de cette nouvelle information, tout semble indiquer que c’est le groupe sud-africain lui-même qui fut à l’origine de l’imbroglio qui a eu cours sur le marché sénégalais en voulant probablement tirer le maximum possible de revenus de la commercialisation des droits médias dont il a la charge.

FIFA Coupe du monde liste acquéreurs droits médias 504x352

Diffuseurs de la Coupe du monde 2018 au Sénégal – Liste de la FIFA au 3 Juillet

De significatives évolutions ailleurs aussi

Au Cameroun par exemple, où Econet Media a également eu une incompréhension avec CRTV, un dirigeant de l’éditeur audiovisuel public camerounais a révélé que l’accord de licence concédé par Econet Media stipule la possibilité d’une vente plurielle des droits au bénéfice d’un maximum de 3 éditeurs par marché. Il ne précise toutefois pas si les 3 éditeurs peuvent opérer sur le même segment de diffusion, terrestre ou satellite. Ce qui entretient de fait le flou au niveau des éditeurs acquéreurs des droits. Chose que dénonce entre autres RTS au Sénégal qui reproche au distributeur sud-africain des « pratiques peu orthodoxes et se trouvant à la limite de l’escroquerie » . Pour revenir au cas du marché camerounais, Canal 2 qui avait annoncé avoir aussi acquis les droits FTA et qui était explicitement mentionné sur la liste FIFA du 07 Juin n’apparaît plus sur celle du 03 Juillet. Au Gabon, TV+ qui a annoncé deux semaines après le début de la Coupe du monde en avoir acquis les droits figure sur la liste du 03 Juillet. Toutes choses qui tendent à indiquer que cette liste de Juillet semble être la plus à jour, en attendant le cas échéant qu’une nouvelle dernière liste ne soit finalement diffusée par la FIFA. Suivant cette liste du 03 Juillet, seuls 4 éditeurs (TVC, NTV, AIT, ONTV) ressortent finalement au Nigéria comme acquéreurs de droits TV free-to-air via BON (Broadcast of Nigeria) alors qu’en Juin, Econet Media avait laissé entendre avoir signé avec plus d’une vingtaine d’éditeurs membres de ce groupement.

Ces différents cas laissent en termes de bilan après la Coupe du monde l’impression d’une stratégie de commercialisation pour le moins approximative de la part de Econet Media qui semble avoir eu quelques difficultés même si de très nombreux diffuseurs FTA de la région ont finalement pu proposer la compétition sur leurs antennes. Pour mémoire, deux mois avant le début de la Coupe du monde, il a été révélé des difficultés du groupe sud-africain à honorer ses engagements financiers envers de nombreux ayants droits dont la FIFA. Mises bout à bout, ces diverses situations peuvent-elles être de nature à entamer sa crédibilité ? Les prochains développements pourraient apporter un début de réponse. En tout cas, l’UAR qui reste probablement à l’affût n’a certainement pas perdu une miette des manquements du sud-africain et devraient les ressortir lors de futures discussions avec la FIFA. La marche vers l’objectif 2022 au Qatar est ainsi lancée.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.