L’Afrique, premier acquéreur de licences médias pour le mondial

FIFA Coupe du monde 2018 licences médias Nigeria-Island 950x620

1,7 million de twittos ont commenté le match Allemagne vs Mexique qui s’est soldé par une défaite 0-1 de la nationalmannschaft selon le social TV ratings de Kantar Media. Quant aux sept premiers matchs des équipes africaines, ils ont généré 6,42 millions de conversations délivrées par 2,92 millions de twittos dans le monde. Le reach de la Coupe du monde est donc loin de se restreindre à la TV, même si la vidéo linéaire reste le premier mode de contact avec la compétition. Selon un décompte de KPMG, la FIFA a par exemple validé 180 licences et sous-licences de diffusion des contenus officiels de la Coupe du monde 2018 sur internet en Afrique. 180 licences et sous-licences de diffusion sur mobile y ont été également validées par l’instance mondiale du foot. C’est plus que toute autre région.

En TV aussi, la région Afrique arrive en tête en termes de nombre de licences et sous-licences de diffusion acquises. KPMG a en effet comptabilisé 225 licences et sous-licences validées par la FIFA dans la région, soit près du double du nombre comptabilisé en Europe ou en Amérique. Cela ne signifie toutefois pas que la diffusion de la compétition soit plus large en Afrique que dans les autres régions. Selon les chiffres communiqués par KPMG, l’Afrique et l’Europe comptent quasiment le même nombre de pays couverts par au moins un diffuseur des matchs de la Coupe du monde, respectivement 54 et 55. Le nombre exceptionnellement élevé de licences TV en Afrique s’explique entre autres par l’accord avec BON (Broadcasting Organisations Nigeria) qui regroupe selon la presse locale plus de 80 diffuseurs au Nigéria.

FIFA Coupe du monde 2018 licences médias 552x480

 

L’étude de KPMG révèle aussi que l’UER a réussi là où l’UAR a essuyé un échec. En effet, l’Union Européenne de Radio-Télévision aurait acquis les droits médias du mondial de foot pour ses membres dans 37 territoires européens. A l’inverse, l’Union Africaine de Radiodiffusion s’est fait supplanter par Econet Media, même si l’organisation dirigé par Grégoire Ndjaka a finalement été sollicité par de nombreux éditeurs de la région pour servir d’intermédiaire dans les discussions avec Econet Media pour l’acquisition de sous-licences.

Globalement, 685 licences et sous-licences médias ont été délivrées par la FIFA et ses représentants, pour des revenus estimés à 3 milliards $, soit 600 millions $ en plus par rapport aux 2,4 milliards $ générés par les droits médias commercialisés pour la précédente édition au Brésil.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.