Silverbird va déployer des salles 4DX au Nigéria

CJ 4DPLEX 4DX Silverbird _200x200

Après l’Afrique du Sud depuis Décembre 2015, la technologie 4DX arrive dans un second pays subsaharien. Le coréen CJ 4DPLEX, à l’origine de la technologie et Silverbird, un réseau de salles au Nigéria, ont annoncé Jeudi en marge du CinemaCon 2018 que le second va déployer la technologie dans le pays. La première salle 4DX sera implantée à Ikeja précise le communiqué et la seconde ouvrira à Abuja. « Nous sommes très heureux d’annoncer notre nouveau partenariat avec Silverbird Cinemas à la fin de ce CinemaCon très réussi. Silverbird est connu pour son innovation et nous sommes reconnaissants qu’ils fassent appel à nous, et nous sommes heureux d’apporter le 4DX aux cinéphiles en Afrique de l’ouest » a déclaré Byung-Hwan Choi, CEO de CJ 4DPLEX.

La société coréenne a lancé la commercialisation de la 4DX depuis 2009. Elle indique qu’à date, elle est proposée par 500 salles dans 58 pays. En 2017, l’ensemble des salles 4DX à l’échelle mondiale ont enregistré 19 millions d’entrées. En Afrique du Sud, seul Nu Metro exploite un réseau de salles proposant la technologie. Depuis Décembre 2015, l’exploitant sud-africain en a lancé 6. En France, la première salle 4DX a été lancée en Mars 2017 par Gaumont Pathé. Sur son site, l’exploitant français annonce que la 4DX « propose aux spectateurs de vivre une expérience à couper le souffle … au travers d’une expérience cinématographique immersive unique et inédite » . Il ajoute plus loin que la « salle 4DX est dotée d’un équipement de haute technologie associant les mouvements des sièges à des effets sensoriels spéciaux tels que le vent, la pluie, l’orage, le brouillard, la neige, la fumée, les odeurs et la lumière en parfaite synchronisation avec les actions du film à l’écran » . Gaumont Pathé précise en outre que « chaque fauteuil 4DX est capable de créer des mouvements fluides et dynamiques au plus proche des actions du film grâce à une combinaison, à degrés variables, de trois mouvements : soulèvement (vers le haut et le bas), oscillation (de gauche à droite) et basculement (en avant et en arrière) avec, en plus, des effets de vibration et chatouillement. … L’animation est spécialement chorégraphiée conjointement à l’action qui se tient à l’écran. Ainsi, lors d’une scène de course poursuite, les fauteuils s’inclinent pour simuler la suspension en l’air et les spectateurs reçoivent des souffles d’air pour simuler la vitesse de l’action« .

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.