9Mobile : ça devient complètement illisible

reprise de 9Mobile __200x200

Qu’est-ce qu’il se passe avec 9Mobile au Nigéria ? Telle est la question que nous sommes tenté de poser, à la lumière des dernières informations concernant l’actualité de l’ex-Etisalat dont la procédure de reprise par Teleology semblait avoir bien avancé.

Preuve de capacité technique avant accord du NCC

Alors qu’il a pleinement participé à la sélection du vainqueur de la procédure d’appel d’offres pour la reprise du telco plombé par une lourde dette, en dépit d’inquiétudes soulevées à un moment de la vie du processus, le régulateur (NCC – Nigerian Communications Commission) a récemment fait une sortie pour le moins surprenante. Par la voix d’un de ses dirigeants, Umar Danbatta, il a conditionné la validation de la sélection de Teleology et donc de la délivrance d’une licence d’opérateur à un examen de sa capacité technique. Il ajoute par ailleurs que ce dernier ferait en ce moment l’objet d’un examen de sa capacité financière par la banque centrale, également partie prenante à la désignation du vainqueur de l’appel d’offres. Si ces évaluations de capacité financière et technique sont tout à fait pertinentes et légitimes, les observateurs s’interrogent toutefois sur le calendrier de leur réalisation. Pourquoi est-ce qu’après avoir communiqué au marché le nom du repreneur sélectionné, après avoir encaissé un acompte de 50 millions $ engageant fermement la procédure de reprise, que ces institutionnels indiquent ensuite procéder à des évaluations de capacité du repreneur désigné ? Aussi, quelle a alors été la nature de la mission de Barclays Africa, la banque mandatée par les créanciers pour sélectionner un repreneur ? En ce qui concerne Teleology, réalise-t-il inversement un due diligence pour évaluer la santé réelle de 9Mobile eu égard au risque d’insincérité évoqué par le passé, avant de s’acquitter du solde de 450 millions $ d’ici deux mois comme indiqué par les termes de l’accord qu’il a passé avec les diverses parties prenantes ?

Une procédure judiciaire toujours en cours

A toutes ces incertitudes s’ajoute celle d’une procédure judiciaire toujours en cours et initiée par des parties s’estimant lésées. Ces dernières viennent en effet d’obtenir d’un tribunal de Lagos, le même qu’il y a plusieurs mois, qu’il prononce un arrêt suspendant le processus de reprise par Teleology, le différend l’opposant au board constitué par les créanciers et les institutionnels (régulateur télécom et banque centrale) n’étant toujours pas tranché. A nouveau le marché s’interroge. Ledit board va-t-il continuer à ignorer les décisions rendues par la justice ? Cela pourrait a priori être le cas puisque Business Daily, un média local d’information économique, révèle que selon la jurisprudence locale et des experts qu’il a consultés, la nouvelle décision rendue par la Haute Cour de Lagos n’est pas de nature à pouvoir empêcher le processus de reprise d’aller à son terme. Cependant, il y a lieu de se demander si Teleology pourra-t-il sereinement opérer ensuite, nouer des partenariats stratégiques ou financiers, tant au Nigéria qu’à l’international, avec une telle épée de Damoclès au-dessus de la tête.

 

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.