TopStar et StarTimes ne transporteront plus le signal TNT gratuite en Zambie

TopStar StarTimes _400x400

Processus entaché de corruption ! Scandaleux ! Inique ! Tout y passe en Zambie pour dénoncer l’attribution de la conduite des opérations du basculement progressif vers la TNT dans le pays à TopStar, joint-venture  formée par StarTimes (60%) et ZNBC (Zambia National Broadcasting Corportaion). Les deux partenaires, et surtout le gouvernement, subissent depuis au moins un an des critiques nourries. Dernière escalade en date, le président Edgar Lungu est visé par une procédure de destitution initiée par le groupe parlementaire de l’UNPD (United Party for National Development), parti d’opposition, à l’assemblée nationale. Ledit parti accuse le président et son administration de diverses forfaitures dont l’attribution inappropriée du contrat TNT à TopStar. La procédure de destitution a certes peu de chance d’aboutir, l’UNPD étant minoritaire au sein du parlement. Elle reflète toutefois une atmosphère viciée.

Tir groupé d’éditeurs et du SANAC

Avant ce dernier développement politique, une dizaine de chaînes TV opérant en Zambie ont invité la ministre de la communication à se pencher très sérieusement sur le cas TopStar qu’elles accusent de violer les règles définies par la politique nationale de basculement TNT. Selon elles, TopStar ne devrait assurer que le transport et la distribution du signal de la TNT gratuite, alors qu’il opère également en tant qu’éditeur et opérateur de multiplex. Quelques jours avant cette prise de parole des éditeurs audiovisuels, le SANAC (Southern Africa Network Against Corruption), organe de lutte contre la corruption dans le pays, a pour sa part adressé un courrier aux services de la ministre dans lequel il a qualifié le contrat TopStar comme étant l’un des plus gros scandales financiers de l’ère moderne en Zambie. Atmosphère viciée on vous dit. L’organe étaye en faisant la comparaison entre le coût annoncé du basculement TNT en Zambie, 282 millions $ (contre une estimation de 30 millions $ en 2011), et les coûts évoqués dans d’autres pays. Il rappelle ainsi que le processus a coûté tout juste 18 millions $ au Botswana quand l’Afrique du Sud aurait à date investi 78 millions $. Il est utile de rappelé que ce dernier montant n’est pas le coût total estimé pour l’Afrique du Sud. En Janvier 2018, le pays estimait en effet à 6,6 milliards de Rands (environ 557 millions $) l’investissement nécessaire jusqu’à Juin 2019 pour achever le basculement (*). Pour revenir à la Zambie, le coût élevé de l’opération a conduit le gouvernement à financer le processus via un emprunt de 273 millions $ auprès de parties chinoises. L’emprunt est contracté via TopStar et court 25 ans. Selon des sources locales, ses conditions de remboursement seraient particulièrement drastiques.

TopStar dessaisi, GOtv officiel

Face à la montée continue de la pression, le gouvernement se serait résolu à dessaisir TopStar du transport du signal TNT gratuite. Le pays serait donc en quête d’un nouvel opérateur pour remplacer TopStar à ce niveau de la chaîne de valeur. En parallèle, GOtv (MultiChoice), qui a été en litige avec TopStar, a obtenu une licence pour opérer un multiplex TNT payante. Présent sur le marché zambien depuis 2011 via une joint-venture avec le ZNBC, l’opérateur sud-africain couvre déjà environ 85% des grandes agglomérations.

La TNT zambienne n’a pas fini de livrer sa vérité. Les mois à venir pourraient réserver quelques surprises.

 

(*) Précision : L’Afrique du Sud présente une superficie de 1 219 912 km² et 56 521 948 habitants selon PopulationData.net ; la Zambie quant à elle a 770 243 km² et 16 887 720 habitants selon la même source

 

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.