Uchumi va lancer une offre e-commerce au Kenya

Uchumi Kenya _200x200

C’est un euphémisme de dire que le marché kényan du retail physique est en crise. Nakumatt et Uchumi, ses fleurons d’antan, ferment magasin après magasin, souvent sous la contrainte. Erreurs stratégiques, manque de compétences, très forte concurrence (Carrefour/Majid Al Futtaim, Game/Massmart, etc.), facteurs géopolitiques tel que l’attentat du Westgate en 2013, etc. sont autant de causes avancées par les analystes pour expliquer les difficultés actuelles de ces groupes locaux. Début Mars, un magasin Nakumatt logé au sein du centre commercial de Nyali a été vidé par la force par le bailleur pour loyers impayés. Quant à Uchumi, les rumeurs évoquent plusieurs mois d’arriérés salariaux, notamment depuis Décembre 2017. Ce dernier tente toutefois de rester dans la course. Des discussions avancées avec un nouvel investisseur seraient proches d’aboutir afin qu’il injecte du cash. Parallèlement, le retailer initie un nouvel axe de développement, le e-commerce. Selon son CEO, Mohamed Mohamed, le groupe ne peut plus ignorer le digital qui attirerait au moins un shopper sur quatre au Kenya. Au troisième trimestre 2018, Uchumi lancera donc une plateforme e-commerce accessible directement sur le web et via une application dédiée. Le groupe va par ailleurs explorer le canal du social commerce, les groupes Facebook attirant un tiers des shoppers au Kenya selon une étude GeoPoll.

Les détails concernant le projet n’ont pas été révélés, ni la stratégie envisagée : all click, click and mortar, etc. En attendant, la fonctionnalité shopping online du site vitrine de l’enseigne est non fonctionnelle. Pour rappel, Uchumi a déclaré pour l’exercice 2016/17 environ 16,8 millions $ de pertes, en baisse de 39% par rapport aux 27,8 millions $ de l’exercice 2015/16.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.