Nation Media Group pourrait changer d’actionnaire de référence

Nation Media Group brands 400x400

Pour l’instant, ce n’est encore qu’une rumeur relayée par la presse kényane et initiée depuis la fin de la semaine dernière par Business Today Kenya, un important pure-player d’informations économiques. Selon des sources proches consultées par ce dernier, un consortium constitué de proches et de membres de la famille de l’actuel président kényan Uhuru Kenyatta serait en discussions avancées avec Karim Aga Khan, son fondateur, pour lui reprendre ses 44,7% de parts au capital de Nation Media Group (NMG), premier groupe média au Kenya et en Afrique de l’Est. Si les deux parties venaient à trouver un accord, la famille Kenyatta remplacerait Aga Khan comme actionnaire de référence de NMG. Ce qui renforcera de façon substantielle sa position dans l’industrie des médias au Kenya, la famille du président étant déjà l’actionnaire de référence de Mediamax Network (K24 TV, Kameme TV, People Daily, Milele FM, Kameme FM, etc.). Mais pour franchir l’étape des régulateurs de la concurrence et des médias, Mediamax pourrait se délester de la chaîne K24 TV et du titre de presse People Daily, selon les informations de Business Today. Le pure-player évoque même une cession à un membre du cercle présidentiel, le vice-président William Ruto. Une façon de garder un contrôle, indirect, sur ces médias. Mediamax pour sa part conserverait Kameme TV, Milele FM, Kameme FM, etc. qui devraient rejoindre les actifs de NMG au sein d’un portefeuille unique. Selon Business Today, les discussions pourraient s’accélérer et peut-être même conclues début Mars, Karim Aga Khan étant attendu au Kenya dans la période. Le pure-player ajoute cependant que le scope des discussions n’est à date pas défini. Portent-elles sur l’ensemble des actifs du groupe média en Afrique de l’Est ? Ou ne concernent-elles exclusivement que les actifs kényans de NMG. Les jours à venir permettront d’en avoir plus.

Au moment où ça tangue à NMG

En tout cas, les fuites concernant d’éventuelles discussions entre les deux parties apparaissent à un moment où ça semble tanguer un chouia à NMG. NTV (Nation TV), l’un des principaux actifs audiovisuels du groupe a fait l’objet, comme trois autres chaînes, d’une suspension d’antenne pendant plusieurs jours en Février pour avoir couvert une actualité politique (*) concernant Raila Odinga, historique opposant. Une procédure judiciaire initiée par l’administration publique, entendre le cercle présidentiel, contre la chaîne est d’ailleurs toujours en cours. Aussi, NMG a perdu deux de ses dirigeants en quelques mois. Linus Kaikai, Directeur général de NTV a dû quitter le groupe à la suite de la couverture de l’actualité concernant Raila Odinga. Il a été remplacé dans la foulée par Alex Kobia, ex Al Jazeera en Afrique subsaharienne. Quant à Joseph Muganda, ex CEO de NMG, il a démissionné en Décembre pour rejoindre Vivo Energy. Le site d’informations révèle que le démissionnaire vice-gouverneur de Nairobi, Polycarp Igathe, membre du cercle présidentiel, tiendrait la corde pour le remplacer.

Sur un plan plus stratégique, NMG a entrepris il y a un an une restructuration de son portefeuille en débranchant du linéaire certaines marques audiovisuelles pour les recentrer exclusivement sur le digital. Quelques acquisitions ont également été réalisées pour renforcer la position concurrentielle du groupe sur le digital.

Rivalité avec la famille Moi

Selon le bien informé Business Today, les Kenyatta se seraient rabattus sur NMG après avoir échoué à entrer au capital de Standard Group. Contrôlé à près de 90% par la famille Moi et ses proches, Standard Group (KTN, KTN News, Standard, The Nairobian, Think Outdoor, Radio Maisha) est le deuxième groupe média du Kenya. Comme NTV, sa chaîne KTN fait partie des chaînes suspendues d’antenne début Février et toujours sous procédure judiciaire. Les Kenyatta auraient tenté en 2017 une approche se soldant par un échec. Le pure-player révèle qu’en effet, Gideon Moi (**) envisage se servir de Standard Group pour ses propres ambitions politiques, c’est-à-dire ramener sa famille et lui au pouvoir. Et pour cela, forger l’opinion grâce à des médias peut s’avérer d’une grande utilité, sinon nécessité. Il faudra donc aussi compter avec Royal Media Services (Citizen TV, iNooroo TV, Radio Citizen, etc.), de Samuel Macharia, dont la chaîne Citizen TV a aussi été suspendue d’antenne début Février. Ce troisième acteur, connu pour ses liens avec les Kibaki, détient probablement le portefeuille de stations radio le plus étendu du Kenya.

 

(*) parodie de prestation de serment en tant que président désigné par le peuple, un acte symbolique, sans aucune validité légale

(**) fils de Daniel Arap Moi, successeur de Jomo Kenyatta et prédécesseur de Mwai Kibaki à la présidence du Kenya ; ce dernier a précédé l’actuel président Uhuru Kenyatta, fils de Jomo Kenyatta

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.