MIP Junior et MIPCOM 2017 : les programmes achetés pour l’Afrique

Mipcom _200x200

Les 14-15 Octobre et 16-19 Octobre se sont successivement déroulées à Cannes les éditions 2017 du Mip Junior et du Mipcom, deux étapes importantes du circuit international du marché des contenus audiovisuels. Organisés l’un et l’autre par Reed Midem, le Mip Junior a attiré 1600 participants dont 660 acheteurs. Quant au Mipcom, il a drainé 13 900 délégations, dont 4 800 enregistrées comme acheteurs. 110 pays étaient représentés, et selon Laurine Garaude (Directrice Département TV de Reed Midem) la majorité des nouveaux participants venaient d’Afrique et du Moyen-Orient. Environ 70 stands furent occupés par les délégations venant de ces deux régions.

De l’avis de bien d’observateurs, le match linear networks vs streaming platforms a moins eu lieu cette année, les premiers ayant quasiment dominé les débats (achats et ventes de programmes, nouveaux modèles) en dépit des deals remarqués conclus par Facebook qui a acheté la version en anglais de Skam, une série pour ado qui sera disponible en streaming sur Watch, ainsi que Snapchat (avec NBCU notamment). Le cabinet Suisse The Wit (World Information Tracking) l’avait d’ailleurs anticipé. Son co-fondateur Bertrand Villegas déclarait dans Variety, en amont des deux événements, qu’il y aurait beaucoup de buzz à propos de séries SVOD et de co-productions internationales, mais pas de tendances créatives disruptives. A propos justement des tendances relevées cette année pour les contenus audiovisuels, le cabinet en a évoquées trois lors de sa présentation au Mipcom : la quête de vérité (sur soi et sur les autres), la célébrité et les réseaux sociaux, les jeux télévisés. Pour ce qui concerne les genres, The Wit note un recul des programmes d’aventures (-15%), de cuisine (-11%), de télé-crochets et autres talent show (-8%). A l’inverse, les quiz (+14%) et les programmes dédiés aux faits divers et affaires criminelles (+61%) sont en progrès en termes de temps d’antenne. Pour le genre télé-réalité, l’amour (rencontre, mariage, etc.) est encore bien présent, mais la tendance naissante est le divorce, le déchirement des couples, le célibat (avec des programmes tels que The Break-up, Pregnant with Stranger).

Les achats de programmes pour les marchés africains

Ces tendances ne transparaissent toutefois pas en l’état dans les deals conclus par les diffuseurs pour les marchés africains. Le sud-africain M-Net (MultiChoice/Naspers) a par exemple acheté chez Studiocanal la série Below The Surface, un thriller danois de 8×44 min. ShowMax, une autre entité de Naspers, a acheté pour son service SVOD 150 heures de contenus chez BBC Worldwide, dont Planet 2, Call The Midwife (saisons 4 à 6), The Durell (saison 1 & 2), The Collection, Special Forces (saisons 1 & 2). BBC a par ailleurs aussi vendu à E-Vision, service SVOD distribué Etisalat dans la région MENA, des titres tels que Wolf Hall, Wild Mexico, Some Mothers Do ‘Ave’ Em, Hey Duggee, Go Jetters, Sarah & Duck. Quant à Kwesé (Econet Media), l’un des diffuseurs africains ayant été le plus actif au Mipcom, il a acheté chez TAC (The Africa Channel) les séries documentaires Africa Everywhere, My Africa, Emerging, Self Made.

Quelques deals ont aussi signés lors du Mip Junior. Disney Africa a par exemple acheté pour l’Afrique du Sud le titre jeunesse Kitty Is Not a Cat. Nickelodeon a pour sa part acheté Zelly Go qui sera diffusé dans l’ensemble des pays africains où il est distribué. Le telco sud-africain MTN s’est aussi illustré en achetant, probablement pour le futur service vidéo dont il prépare le lancement notamment en Afrique du Sud, des titres jeunesse tels que Outfit7’s Talking Tom, Friends, Pocoyo, Transformers, Badanamu, Sinbad et 7 Galaxies. Enfin, il y a Canal+ qui a acheté 3 Amigonauts.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.