La FIFA lance le processus d’attribution en Afrique subsaharienne des droits médias de la Coupe du Monde 2022

FIFA Coupe du monde

La FIFA a lancé Jeudi dernier les processus devant aboutir à la sélection du ou des partenaires devant assurer la commercialisation des droits médias et marketing en Afrique subsaharienne de deux de ses prochaines compétitions, la Coupe du Monde FIFA en Novembre et Décembre 2022 au Qatar, et la Coupe du Monde féminine FIFA 2023 en Australie et en Nouvelle-Zélande. Selon le communiqué de la FIFA, chacune de ces compétitions sera une édition exceptionnelle. Ce sera en effet la première fois que la compétition reine de la FIFA sera organisée en fin d’année et non pas à l’été. Ce sera également la première fois qu’elle sera organisée au Moyen-Orient. Quant à la compétition féminine, l’édition 2023 sera la première à aligner 32 équipes sur la ligne de départ, marquant ainsi la fin du format à 24 nations participantes. L’instance mondiale du football fonde en particulier un immense espoir sur cette compétition féminine tant la dernière édition (2019) organisée en France fut un succès populaire qu’en termes d’audiences avec plus de 1,1 milliards de téléspectateurs à l’échelle mondiale.

La FIFA a mis en place des processus séparés de sélection pour chacune des deux compétitions. Autrement dit, elles ne sont pas commercialisées ensemble et peuvent ne pas être attribuées au même partenaire média. Les observateurs s’attendent néanmoins à un match entre usual suspects, en l’occurrence SuperSport (MultiChoice), StarTimes, Canal+, et l’UAR-AUB. Pour l’édition 2018 en Russie de la compétition masculine, Econet Media et Kwesé avaien créé la surprise en remportant la commercialisation des droits Free TV. Avec malheureusement les suites que l’on connaît.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.