Le marché de la vidéo en Afrique subsaharienne

Vidéo en Afrique Digital TV Research

Digital TV Research a publié en ce début d’année ses traditionnelles prévisions à propos du marché de la vidéo en Afrique subsaharienne.

30,7 millions d’abonnés à la télévision payante

Sur le linéaire, le cabinet britannique dénombre 30,7 millions d’abonnés à la télévision payante dans la région, satellite (DTH) et TNT confondus. Le marché a ainsi enregistré 7,21 millions nouveaux abonnés en deux ans, soit +30,7%. Les trois principaux opérateurs, MultiChoice Group, StarTimes et Canal+ restent les locomotives du marché. Ils cumulent 93% de part de marché. Selon ces estimations, le Français Canal+ aurait donc engrangé un peu plus de 300 milles abonnés supplémentaires au cours du deuxième semestre 2019 pour se rapprocher toujours un peu de plus de son objectif de 5 millions d’abonnés payants dans la région en 2020. En revanche, les chiffres concernant MultiChoice laissent perplexes. Selon les résultats au 30 Septembre 2019 de l’opérateur sud-africain, son portefeuille affichait plus de 15 millions d’abonnés payants alors que les estimations de Digital TV Research évoquent un total d’environ 14,56 millions à fin Décembre.

2,68 millions d’abonnés SVOD

Pour la VOD, Digital TV Research estime à 2,68 millions le nombre d’abonnés payants que cumulaient l’ensemble des services opérant dans la région en 2019, pour un chiffre d’affaires s’élevant à 183 millions $. Sans surprise, le leader global Netflix domine également en Afrique subsaharienne avec 1,41 million d’abonnés payants environ, soit 52,6% de part de marché. Le service basé à Los Gatos se positionne très loin devant son principal concurrent, le sud-africain ShowMax (MultiChoice Group) qui affiche 553 milles d’abonnés au compteur. Le trio classique est complété par le nigérian iROKO, dans lequel Canal+ détient une participation minoritaire. Il affiche 298 milles abonnés payants, soit 11,1% de part de marché.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.