La TNT toujours pas lancée en Côte d’Ivoire

Côte d'Ivoire TNT 400x400

L’attente se fait toujours plus longue en Côte d’Ivoire. Deux ans après avoir acquis leurs licences, les quatre éditeurs privés devant accompagner le groupe audiovisuel public RTI et ses trois chaînes sur la TNT gratuite continuent de s’impatienter. A maintes reprises pourtant, ils ont été rassurés sur l’imminence du lancement opérationnel du service. D’abord au premier semestre 2018, puis au second. Même le président Alassane Ouattara y est allé de sa promesse en Juin. Mais fin Décembre 2018, aucune des nouvelles chaînes TV attendues dans le cadre de la libération du paysage audiovisuel local n’a pu débuter la diffusion linéaire de ses programmes. Toute l’année, elles ont cependant multiplié les initiatives afin de se tenir prêtes et aussi pour faire entendre leur voix. Elles se sont par exemple rapprochées d’autres parties prenantes du marché pour fonder en Juillet une association dont l’ambition est de suivre et de discuter avec l’autorité publique le processus de basculement TNT. Life TV de Fabrice Sawegnon a pour sa part débuté l’installation de ses studios après s’être rapprochée du français M6. TV7 de Jean-Philippe Kabore a de son côté confié la commercialisation de ses inventaires à Canal+ Advertising. NCI, pour ce qui la concerne, a renforcé ses équipes avec d’anciens membres du PAF (paysage audiovisuel français).

D’importants coûts opérationnels

Les incertitudes auxquelles font face les nouvelles chaînes privées sont aussi et surtout financières. Selon une information de Jeune Afrique, elles devraient chacune débourser environ 1,2 million $ par an facturés par l’ITD (société Ivoirienne de Télédiffusion) au titre de l’exploitation du réseau d’émetteurs terrestres pour acheminer leurs contenus vers les foyers TV. Le français Médiamétrie, qui aurait été sélectionné pour opérer la mesure officielle des audiences, demanderait pour sa part une rétribution annuelle d’environ 170 000 $ par chaîne. Il faut par ailleurs rappeler que GeoPoll et Harmonies (Omnicom) ont déjà initié une mesure quotidienne des audiences qui montera progressivement en régime notamment à partir de début 2019. A ces premiers frais, il faudra ajouter le coût du transport par Telenum (Canal+ et Orange) et StarTimes, les deux distributeurs audiovisuels autorisés à proposer des bouquets TNT en Côte d’Ivoire. Selon Jeune Afrique, Canal+ aurait fixé un tarif de 1,12 million $ environ par an par chaîne. Quant à StarTimes, il a confié à Happens Africa être actuellement en discussion « avec NCI, TV7 et Life TV afin de les inclure sur sa plateforme de télévision par satellite » . L’opérateur chinois n’a toutefois rien indiqué des bases financières sur lesquelles il a entamé les négociations avec les éditeurs. Pour tenter de faire baisser les niveaux de ces divers coûts opérationnels, les éditeurs auraient sollicité l’arbitrage du régulateur audiovisuel et du premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Le signal annoncé à Abidjan

Pour revenir au retard général observé dans la mise en œuvre de la roadmap du basculement vers la télévision numérique terrestre en Côte d’Ivoire, il émane pour l’essentiel du déploiement de l’infrastructure réseau. Après plusieurs annulations, l’appel d’offres pour installer la trentaine d’émetteurs terrestres a enfin abouti avec la désignation d’un consortium emmené par le sud-africain Aucom comme prestataire technique. La mise en place de la tête de réseau constituée notamment du centre émetteur d’Abidjan aurait été achevée. Le conseil des ministres du 18 Décembre avait en conséquence réaffirmé la disponibilité du signal TNT dans la région d’Abidjan pour cette fin d’année. Aucune communication officielle n’est toutefois venue confirmer cette information, même si une partie du public peut probablement déjà recevoir le signal TNT dans la métropole capitale. Cela dit, seuls 12% des foyers TV du pays avaient connaissance de la TNT en Juillet 2018. Pour le reste du pays, un nouvel horizon temporel est avancé. On parle de Juin 2019 au plus tard.

Crédit photo © – Visualhunt/Nemo’s great uncle

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.