Naspers présente au marché l’équipe dirigeante de MultiChoice Group

Multichoice Group 400x400

MultiChoice Group, dont la constitution a été annoncée par Naspers il y a un peu plus d’un mois, prépare sereinement son introduction en bourse envisagée à Johannesburg pour le premier semestre 2019. Le conglomérat sud-africain dirigé par Bob van Dijk a dans cette optique présenté Jeudi l’équipe dirigeante de cette première entité autonome initiée dans l’unique objectif d’accroître de manière substantielle la valorisation globale de Naspers. Sa présidence échoit à Imtiaz Patel, actuel patron de MultiChoice. Le poste de CEO a pour sa part été attribué à Calvo Mawela, occupant actuellement la position de CEO de MultiChoice Afrique du Sud. Autrement dit, Bob van Dijk et son board font le choix de la continuité en maintenant le binôme déjà en place. Surtout, les deux têtes de MultiChoice Group sont des références marché en Afrique du Sud où le nouveau géant de la vidéo sera coté. Les deux dirigeants seront accompagnés par Tim Jacobs comme CFO (chief financial officer) et Brand de Villiers comme COO (chief operating officer). Tous les quatre rejoindront leurs nouvelles attributions à partir du 1er Novembre précise le communiqué de Naspers. Selon Bob van Dijk, la présentation de l’équipe « constitue une étape importante dans le processus de mise en route de MultiChoice Group comme entreprise autonome » . Le patron de Naspers ajoute « être confiant que sous le leadership de Imtiaz and Calvo, MultiChoice Group poursuivra sa trajectoire ascendante et générera encore plus de valeur pour ses actionnaires » .

Cela dit, même si MultiChoice semble effectivement sur une trajectoire ascendante depuis plusieurs semestres, l’horizon ne semble pas pour autant complètement dégagé. L’Afrique du Sud, son principal marché avec 51,36% de ses abonnés, a connu une contraction de son PIB au cours des deux premiers trimestres 2018. Le Nigéria, autre marché important, a pour sa part connu un ralentissement de la progression de son PIB au second trimestre (1,5%) par rapport au premier (1,95%). Sur ce second marché, les abonnés semblent par ailleurs très sensibles au pricing proposé par l’opérateur pay TV pour ses diverses offres. Des voix se sont d’ailleurs plusieurs fois élevées pour dénoncer ses tarifs jugés trop élevés. Le contexte réglementaire et institutionnel y semble aussi pour le moins tumultueux ces deux dernières années. Un contexte similaire sur quelques autres de ses marchés dans la région. Et même en Afrique du Sud, la pression monte, portée par diverses parties prenantes pour réduire l’hyper domination de DStv. Les concurrents, justement, ont réussi à mettre fin à son hégémonie en ce qui concerne la diffusion du sport à la télé. Poussé dans les cordes par StarTimes entre autres, MultiChoice s’est retiré des droits de plusieurs championnats nationaux de foot en Afrique. Philippe Zou, patron de StarTimes en Afrique, a confirmé à Reuters faire des championnats locaux le second réacteur de sa stratégie d’expansion dans la région, le premier étant les contenus en langues africaines (Yoruba, Swahili, etc.). Sur le sport premium aussi, MultiChoice est bousculé, surtout par Econet Media dirigé par Joseph Hundah. Les récentes difficultés financières de cet autre groupe audiovisuel sud-africain offrent toutefois un peu de répit à Imtiaz Patel et Gideon Kobane (CEO de SuperSport) qui ont par exemple retrouvé les droits en Afrique subsaharienne anglophone de la Serie A italienne sans grande difficulté.

En un mot, MultiChoice Group est certainement un géant-né. Il ne peut cependant se prévaloir d’une extrême sérénité pour le futur. Encore moins en ce qui concerne la vidéo à la demande où il est pour l’instant dominé par Netflix et sérieusement challengé par Amazon Prime Video, Kwesé iflix et autres. La trajectoire ascendante reste donc à confirmer sur la durée, tant en termes de résultats opérationnels et financiers, mais surtout en terme de valorisation marché estimée à environ 10 milliards $. Car pour l’instant, cela ne reste qu’un pari de Bob van Dijk.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.