Piratage : beIN apporte des preuves contre beoutQ

beoutQ Arsenal vs Man-City 400x400

Quelques semaines de répit après la Coupe du monde 2018 et c’est reparti. beoutQ, diffuseur audiovisuel pirate saoudien qu’on ne présente plus, fait de nouveau l’actualité. La saison régulière 2018/19 des championnats européens de foot a à peine démarré qu’il se fait prendre en flagrant délit de violation de droits de propriété intellectuelle. Le qatari beIN a fourni Jeudi de nouveaux éléments attestant la constitution du délit. Captures d’écrans à l’appui, l’éditeur ayant légalement acquis de nombreux droits médias dans la région MENA, a prouvé que le diffuseur pirate distribué sur satellite par Arabsat dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient en dépit des précédentes dénégations de ce dernier, a diffusé illégalement les 10 matchs de la première journée de la Premier League anglaise et 6 matchs de la première journée de la Ligue 1 française. beIN indique en outre que sont sans appel les conclusions des enquêtes dont il a indépendamment chargé Cisco, NAGRA et Overon, des fournisseurs technologiques mondialement reconnus en termes de sécurité digitale et de solutions médias. Leurs rapports expliqueraient de façon détaillée, définitive et confirmatoire comment Arabsat transporte les flux pirates de beoutQ vers les foyers TV de la région. « Les preuves sont irréfutables. La chaîne illégale beoutQ est soutenue par des Saoudiens et ouvertement promue par des personnalités saoudiennes. Elle est diffusée sur Arabsat, un fournisseur basé à Ryad et commet quotidiennement et en plein jour un vol massif de droits de propriété intellectuelle de grande valeur« , explique Sophie Jordan, directrice des affaires juridiques de beIN.

En réaction, la LFP en France et la Premier League en Angleterre annoncent avoir immédiatement saisi la Commission Européenne en tant que membres de la Sports Rights Owners Coalition. Elles attendent de l’instance européenne qu’elle enquête et presse le royaume saoudien « à agir et à fermer la chaîne pirate » . La LFP indique par ailleurs avoir directement écrit à Arabsat pour lui « demander d’empêcher beoutQ d’utiliser ses satellites pour diffuser du contenu volé » .

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.