Coupe du monde : beIN largement piraté en Afrique subsaharienne

beIN Media Group Coupe du monde _400x400

Avant le démarrage de l’édition 2018 de la Coupe du monde, beIN a initié diverses actions pour limiter les piratage de ses flux. En Afrique du Nord, il a notamment sollicité l’appui de la FIFA contre beoutQ. En Afrique subsaharienne, il aurait diffusé une mise en garde dans laquelle il a expressément cité divers pays dans lesquels son signal a probablement déjà été piraté. Mais à l’arrivée, rien n’y fit. L’éditeur qatari se retrouve quand même largement piraté, dans les deux régions. Dans un article diffusé quelques jours après le premier match de la compétition, l’AFP rapportait par exemple une scène à Libreville (Gabon) où un téléspectateur regardait le mondial sur une chaîne beIN dans un bar alors même que l’éditeur qatari n’opère pas dans le pays. Ledit téléspectateur précise qu’il a abandonné son « décodeur Canal+ » pour passer « chez beIN Sports » spécialement pour la Coupe du monde car « ça coûte moins cher » . En d’autres termes, il a acquis, pour lui et pour les clients de son bar, un décodeur pirate permettant d’accéder aux chaînes éditées par le groupe audiovisuel dirigé par Nasser Al-Khelaïfi. Cette scène n’est cependant pas une surprise. Le Gabon figurait sur la liste où beIN mettait en garde les distributeurs pirates contre la reprise illégale de son signal.

Jeudi, un nouvel élément est venu étayer l’ampleur du piratage dont est victime le qatari dans la région subsaharienne. Selon les résultats communiqués par Kantar TNS en ce qui concerne son étude sur les audiences de la Coupe du monde au Cameroun, au Sénégal et en Côte d’Ivoire, il apparaît que beIN est crédité de jusqu’à 18% de PDA. Exceptionnel pour un éditeur normalement inexistant du paysage audiovisuel subsaharien. Mais là aussi, ce n’est point une surprise, les antennes du groupe de Nasser Al-Khelaïfi ressortant régulièrement depuis au moins 2016 dans le top 10 des PDA au Sénégal selon les deux vagues annuelles de Africascope de Kantar TNS.

Pour info, la FIFA a annoncé Mercredi avoir instruit un conseil juridique en Arabie Saoudite pour initier une procédure contre beoutQ. Elle indique travailler par ailleurs avec d’autres ayants droits pour faire arrêter définitivement les activités pirates de beoutQ. Ces dernières semaines, l’ATP et Formula One Management sont venus grossir les rangs des ayants droit fustigeant la violation de leur propriété intellectuelle par beoutQ.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.