StarTimes tente de refaire son retard sur la SVOD et l’OTT

StarTimes SVOD & OTT _200x200

Dernier parmi les grands distributeurs de bouquets payants de télévision sur le marché subsaharien à se lancer, StarTimes tente de refaire son retard sur le segment OTT. MultiChoice a DStv Now. Sa maison-mère, Naspers, opère ShowMax, dont les catalogues sont accessibles aux abonnés DStv via des offres croisées. Le distributeur sud-africain va probablement aussi lancer un service OTT stand-alone en 2019. Il y travaille en tout cas. Quant au français Canal+, il couple CanalPlay, qui n’en a peut-être plus pour longtemps, à certains de ses bouquets linéaires. Le groupe et sa maison-mère, Vivendi, proposent également sur le marché subsaharien iROKO+, une offre SVOD née d’un partenariat avec la plateforme initiée par Jason Njoku. Le français offre par ailleurs à ses abonnés sa plateforme myCanal permettant d’accéder aux programmes mis à l’antenne. Même le dernier entrant majeur du marché TV en Afrique subsaharienne, Kwesé, propose ses propres services OTT : Kwesé Play (Afrique du Sud et Zimbabwé) et plus récemment Kwesé iflix, remplaçant l’ex-application mobile Kwesé TV. L’opérateur fondé par Strive Masiyiwa a de toute façon toujours fondé son approche sur une accessibilité OTT de ses offres de contenus. StarTimes était donc le seul cador du marché à ne pas encore proposer un service OTT propriétaire. C’est chose faite depuis fin Avril de cette année. Le groupe chinois a lancé, d’abord au Nigéria, et plus largement ensuite dans la région, sa propre plateforme OTT. Accessible via des applications mobiles iOS et Android, elle reprend l’essentiel des chaînes commercialisées au sein des bouquets linéaires. Toutefois, l’opérateur semble vouloir jouer des coudes avec ses concurrents en agrégeant d’autres services premium au sein de sa plateforme afin d’attirer les abonnés. Il a à cet effet conclu un accord de distribution concernant FOX+ et National Geographic+ (NG+). Les deux services SVOD du nouvel attelage Disney – 21st Century Fox rejoignent ainsi les chaînes linéaires déjà disponibles au sein de l’OTT de StarTimes. Le groupe chinois indique par ailleurs que cette offre OTT propriétaire est déjà commercialisée par 23 telcos dans la région subsaharienne, soit un reach potentiel d’environ 450 millions d’utilisateurs. Reste à voir comment se comporte concrètement ce service OTT face à la concurrence venant tant des services over-the-top des autres distributeurs pay TV que celle des pure-players (Netflix, ShowMax, Prime Video, TracePlay, etc.). Cela dit, avec un tel réseau de distribution, l’opérateur chinois fait mieux que jouer des coudes.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.