SVOD en Afrique subsaharienne : le parc abonné triple en un an

Digital TV Research 2018 SVOD Afrique du Nord

Il est encore difficile d’estimer la taille du marché de la SVOD en Afrique subsaharienne, les éditeurs de services ne communiquant absolument aucun chiffre. Naspers par exemple a de nouveau occulté les chiffres concernant ShowMax lors de la présentation des résultats de son exercice 2018. Canal+ n’a jamais révélé les chiffres de iROKO+ lors des présentations successives de ses résultats trimestriels. Quant au géant mondial Netflix, il ne communique pas l’état de son parc abonné localement, hors USA. Concernant Prime Video, on en sait encore moins. Toutefois, nombre d’analystes proposent au marché leurs propres estimations, sur la base de sources recoupées. En Mai, le britannique Digital TV Research évoquait par exemple le chiffre de 1 million en termes de nombre d’abonnés pour Netflix en Afrique subsaharienne en 2017. Mardi, il a drastiquement revu à la baisse cette première estimation, tablant désormais sur 681 milles abonnés pour le service SVOD initié par Reed Hastings. Tous services confondus, le cabinet britannique évalue le marché SVOD subsaharien à environ 1,561 million d’abonnés.

Digital TV research SVOD 2018 forecast sub-saharan Africa 727x84

Parc abonné (en milliers) par service SVOD en Afrique subsaharienne en 2017 – Source Digital TV Research | Happens Africa

Cette nouvelle estimation représente un multiple de 3 par rapport à ses estimations pour l’année 2016 (environ 525 milles abonnés). En 2017, Netflix (43,6%) devancerait donc d’assez loin ShowMax (21,4%) pourtant entré avant lui sur le marché (Août 2015 en Afrique du Sud, Mai 2016 pour le reste de la région) . Prime Video (4,4%) aurait encore du mal à trouver ses marques. Quant au malaisien iflix, il est encore marginal. Son rapprochement avec Kwesé pour initier Kwesé iflix, l’évolution de son offre (intégration du linéaire OTT entre autres), et la multiplication des accords de commercialisation avec les telcos contribueront certainement à améliorer sa position sur le marché subsaharien. Il en sera probablement de même pour iROKO qui fait un focus sur les marchés de la région depuis quelques mois en initiant une stratégie de déploiement de kiosques physiques, notamment en Afrique de l’Est et de l’Ouest. Cela dit, Netflix peut aussi accentuer son avance sur ses concurrents. Il a récemment annoncé la mise en place d’une équipe acquisition et développement de contenus dédiée Afrique et Moyen-Orient basée à Amsterdam. Il a en outre noué des accords de distribution avec Orange et Kwesé Play, des accords qui ne sont pas encore mis en oeuvre à l’échelle de l’ensemble de la région. Entré sur le marché en Septembre 2017, Kwesé Play n’a pas été intégré dans les estimations 2017 de Digital TV Research. Le service n’est commercialisé à date qu’en Afrique du Sud et au Zimbabwe.

Géographiquement, l’Afrique du Sud et le Nigéria continuent de fournir l’essentiel du contingent des abonnés à la SVOD dans la région. En 2017, plus deux abonnés SVOD sur trois (74%) en Afrique subsaharienne résidaient dans l’un de ces deux pays. Mais à horizon 5 ans, le parc abonné se développera plus rapidement dans les autres pays. En 2023, l’Afrique du Sud et le Nigéria reviendront à 60% d’un marché qui comptera environ 10 millions d’abonnés SVOD selon le cabinet britannique.

Crédit photo : Visualhunt/MANYBITS

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.