AT&T – Time Warner : show can begin

AT&T - Time Warner _200x200

Probablement l’un des verdicts les plus attendus dans l’histoire de l’industrie des télécoms et des médias, le rapprochement AT&T – Time Warner a été approuvé Mardi, sans condition, par un tribunal fédéral du district de Columbia. Le verdict intervient après plus de 6 semaines d’un intense procès au cours duquel l’administration fédérale via le département de la justice a tenté de faire barrage à la fusion verticale entre le telco opérant entre autres sur le câble une marque pay TV, DirecTV, acquise en 2015 pour 50 milliards $, et Time Warner, géant des médias (Turner, HBO) et de la production cinéma (Warner Bros), au motif qu’une telle opération représente une menace pour la dynamique concurrentielle au sein de l’industrie ainsi que pour le consommateur américain qui pourrait se retrouver à devoir acquitter des tarifs encore plus élevés pour accéder aux services.

Outre d’être un camouflet pour l’administration fédérale, le dénouement positif de la procédure judiciaire risque, selon tous les observateurs, de marquer un tournant dans la course à la concentration dans l’industrie des médias et télécoms. « On va avoir un été intense de fusions dans les médias » commente par exemple une analyste de OC&C Strategy Consultants citée par Reuters. Le marché semblait en effet attendre le verdict AT&T – Time Warner avant de déclencher, ou finaliser dans certains cas, diverses opérations de rapprochement. Comcast devrait par exemple enfin révéler sa contre-offre face à Disney pour l’acquisition des actifs de 21st Century Fox. Selon la presse américaine, elle devrait même être présentée ce Mercredi aux Murdoch et à leurs associés dans l’actionnariat du groupe. Pour sa part, Disney va aussi pouvoir tenter de finaliser le deal avec 21st Century Fox sur lequel les administrateurs de Fox doivent se prononcer le 10 Juillet. L’accord entre les deux parties est également en attente de l’examen des régulateurs de la concurrence de nombreux pays. L’ensemble de ces acteurs classiques essaie via ces rapprochements de tenir la distance face à la déferlante des entreprises tech comme Netflix, Amazon, Google, Facebook, etc. dans l’industrie des médias et de la vidéo, avec le bouleversement que cela a entraîné. L’enjeu s’étend également au marché de la publicité, désormais dominé par le duopole Facebook – Google sans oublier Amazon qui progresse très vite. Pour Randall Stephenson, patron d’AT&T, le rapprochement avec Time Warner devrait permettre d’améliorer sensiblement la connaissance des habitudes du public. Le groupe pourra en effet combiner les données clients des ses offres mobiles, internet fixe, pay TV à celles des audiences de HBO, CNN, etc. afin d’affiner le ciblage publicitaire. Selon le dirigeant, le résultat devrait permettre de mieux monétiser les inventaires.

Pour mémoire, AT&T devra débourser 85,4 milliards $ pour finaliser l’acquisition, dette incluse (le nouvel ensemble devra gérer le règlement d’une dette colossale de 249 milliards $). Si le département de la justice n’interjette pas appel, l’opération pourrait être finalisée dès le 20 Juin selon les sources nord-américaines pour former un nouvel ensemble d’environ 275 milliards $ de valorisation boursière. Cela dit, nombre d’observateurs font remarquer que manœuvrer ce nouvel ensemble reste un énorme défi, le succès étant loin d’être garanti.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.