Piratage : beIN sollicite la FIFA contre Arabsat

beIN 22 matchs _400x400

Ce mois de Mai marque une nouvelle escalade de la transposition sur le marché audiovisuel de la crise diplomatique opposant le Qatar à ses voisins. Après avoir en vain tenté de faire de l’ombre au groupe audiovisuel qatari beIN en annonçant le lancement de PBS Sports mi-2017, les adversaires du Qatar et de son éditeur audiovisuel semblent avoir recours à l’arme du piratage. C’est que pense en tout cas beIN qui a dénoncé début Mai le parrainage par Arabsat, opérateur saoudien de satellites, de la conférence MENA AntiPiracy. Pour le groupe qatari, Arabsat est illégitime pour porter ou s’associer à quelque discours anti-piratage dans la région puisqu’il transporte le signal de beoutQ, un service pirate basé en Arabie Saoudite et distribuant illégalement les contenus des chaînes beIN dans plusieurs pays d’Afrique du Nord et Moyen-Orient comme le Maroc, la Syrie, la Jordanie. Des contenus d’éditeurs américains comme HBO et Disney seraient également concernés.

A la suite de cette première escarmouche, beIN a initié Lundi une nouvelle offensive en sollicitant cette fois l’appui de la FIFA, un ayant droit pouvant être lésé par les agissements de beoutQ et Arabsat dans la région MENA. A l’approche de la coupe du monde, « nous avons demandé à la FIFA d’entreprendre une action légale directe contre Arabsat« , explique Sophie Jordan, directrice juridique de beIN Media. Nous souhaitons qu’elle exerce « une pression directe sur les pirates« , via la justice ajoute-t-elle. De son côté, l’instance internationale du football semble répondre favorablement à la sollicitation en déclarant via un communiqué « prendre les violations de sa propriété intellectuelle très au sérieux« . Elle annonce par ailleurs combattre toute infraction, y compris « le streaming illégal et les retransmissions sans autorisation » . Elle ajoute travailler « avec différents partenaires pour minimiser » l’impact des violations dont elle fait l’objet dans la région MENA. L’UEFA aurait également été saisie par beIN qui indique que beoutQ a diffusé illégalement la finale de la Champions League Real Madrid – Liverpool le 26 Mai.

En Arabie saoudite, beIN estime faire face à une situation inadmissible où des policiers enlèveraient ses décodeurs dans des hôtels et restaurants avant la Coupe du monde, tout en laissant se déployer dans les foyers TV le décodeur pirate de beoutQ qui détournerait en la ridiculisant la marque beIN.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.