Le haut débit fixe et mobile en Afrique de l’Est selon Ovum

Ovum Broadband in east africa 2017

Ovum a livré il y a quelques semaines ses estimations du marché des télécoms en Afrique de l’Est (Kenya, Tanzanie, Ouganda) en 2017. Selon les chiffres communiqués par le cabinet, les marchés est-africains cumulaient 38,6 millions de smartphones en circulation fin 2017. Ovum a cependant dénombré un nombre plus élevé d’abonnements haut débit mobile, soit 39,8 millions, un parc qui devrait presque tripler à l’horizon 2022. Au sein de ce parc haut débit mobile, plus de 3 millions d’abonnés étaient utilisateurs de la 4G LTE en 2017. Selon le cabinet, « la croissance du haut débit mobile sera alimentée par un déploiement croissant et une amélioration des réseaux 3G et 4G, ainsi qu’à la progression de la pénétration du smartphone en raison de leur meilleure accessibilité » en termes de prix d’accès. Quant à l’internet fixe, notamment FTTx, le marché est-africain comptait 100 000 abonnés. Selon les prévisions du cabinet, le parc FTTx devrait progresser de tout juste 300 000 abonnés au cours des cinq années suivantes.

« La région est-africaine a réalisé ces dernières années d’énormes progrès en termes de connectivité haut débit, et cela a libéré un énorme potentiel pour les services digitaux comme les services financiers mobiles, les médias digitaux ainsi que les services aux entreprises. La croissance de la connectivité haut débit a cependant entraîné l’essor des services OTT ainsi que des risques de cannibalisation des revenus des services data des telcos dans la région » explique Danson Njue, analyste pour Ovum Afrique et Moyen-Orient.

Ovum East Africa metrics 748x499

 

Crédit photo : Visualhunt/Gavin St. Ours

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.