Rapprochement entre Afrimalin et Kerawa dans le classified

Afrimalin

Afrimalin et Kerawa ont annoncé Mercredi un rapprochement de leurs services. Selon le quotidien économique français Les Echos, le but de l’opération est d’atteindre une taille critique permettant d’ « attirer des investisseurs et être pris au sérieux« . Selon Thibault Launay, co-fondateur de Afrimalin, l’opération vise précisément à franchir le seuil du million de VU (visiteurs uniques) mensuels. L’opération inclut en effet le service ivoirien de classified Leportail.ci racheté en Février 2017 par Kerawa, ce dernier opérant surtout au Cameroun. De fait, les 3 services cumulent une fréquentation s’élevant à 1,1 million de VU, 700 000 annonces et une présence dans 10 pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Mali, République de Guinée, République démocratique du Congo, Sénégal, Congo Brazzaville et Gabon) d’Afrique subsaharienne francophone. Pour Nino Njopkou de Kerawa, cette fusion va permettre de créer des synergies, d’accroître l’efficacité opérationnelle, d’avoir une empreinte plus large, et de toucher plus d’internautes dans plus de pays.

L’opération est aussi l’occasion pour deux anciens de Seloger.com (dont Axel Springer a pris le contrôle en 2011 à hauteur de 74,2% pour plus de 500 millions €), Gilles Blanchard et Roland Tripard, de rejoindre le board du nouveau holding rassemblant les 3 plateformes. Ces derniers étaient déjà présents au tour de table de  Kerawa. « J’ai le plaisir de participer à cette fusion en rejoignant le Conseil d’Administration du groupe. Je suis très optimiste sur le développement numérique de l’Afrique francophone car le potentiel est énorme » explique notamment Gilles Blanchard. Il est prévu que le nouvel ensemble boucle fin Février une levée de fonds à hauteur de 1,5 million €.

Le rapprochement Afrimalin – Kerawa est la dernière grosse opération en date sur le marché du classified en Afrique, qui a déjà connu le rapprochement Ringier Africa – One Africa Media ainsi que l’échange d’actifs entre Frontier Digital et Jumia. La récente fermeture des bureaux de OLX au Nigéria et au Kenya achève de montrer que le marché a bien besoin de se consolider et de trouver le modèle économique le plus pertinent.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.