Airtel acquiert la filiale de Millicom au Rwanda

Airtel International _200x200

Dans une note publiée début Décembre, Goldman Sachs recommandait à Airtel de reconsidérer ses opérations au Kenya, en Tanzanie et au Rwanda, pour réduire sa dette et améliorer les flux de trésorerie de ses opérations subsahariennes. Ce qui avait, à nouveau, donné cours à d’insistantes rumeurs sur une éventuelle sortie du groupe indien de ces trois marchés, rumeurs bien évidemment démenties dans la foulée. Le groupe avait toutefois laissé entendre qu’il songeait à une possible cession d’environ 20% du capital de sa filiale kényane, tout en examinant toutes les opportunités lui permettant de se renforcer dans la région de l’Afrique de l’Est. L’annonce Mardi de la reprise de Tigo Rwanda entre donc dans ce cadre.

L’opération va permettre au groupe télécom indien de devenir le premier opérateur en nombre d’abonnés (4,9 millions environ selon le comptage d’Octobre 2017) sur le marché rwandais, devant MTN (3,5 millions environ). Elle confirme dans le même temps la volonté de Millicom de quitter les marchés subsahariens. On disait d’ailleurs le groupe luxembourgeois en discussions avec Econet qui souhaiterait reprendre certaines de ses filiales dans la région. Avec le Rwanda en moins, il ne reste plus que la Tanzanie et le Tchad qui pourraient continuer à faire l’objet de négociations entre les deux parties, Millicom ayant déjà cédé nombre de ses filiales. Et le Ghana étant est consolidé (fusion avec Airtel), tandis qu’au Sénégal le processus de cession est en cours.

Quant à Airtel, il essaie encore de se maintenir dans la région, à condition de pouvoir renforcer sa position concurrentielle sur les marchés où il opère. Outre le Ghana et le Rwanda où il vient de se renforcer, il est présélectionné au Nigéria pour la reprise de 9Mobile. Il est aussi présent en Tanzanie et au Tchad et pourrait donc lui aussi reprendre les deux dernières filiales de Millicom.

 

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.