Vidéo : une intéressante fin d’année avions-nous anticipé

Vidéo marché 400x400

A la rentrée (*), nous évoquions « une fin d’année intéressante ainsi qu’une prometteuse année 2018 » en ce qui concerne le marché de la vidéo. Il semble que nous ayons vu juste, les faits tendant à conforter notre analyse. Les deux grosses actualités qui ont rythmé la fin de semaine (Jeudi et Vendredi) sont en tout cas de nature à faire évoluer la structure du marché, globalement comme en Afrique.

La première, l’annonce Jeudi de l’accord de transfert d’actifs entre 21st Century Fox et Disney contre la bagatelle de 66,1 milliards $ (52,4 milliards $ en actions, le reste devant éponger la dette) représente l’une des plus importantes opérations d’acquisition de l’histoire récente de la vidéo. CNN la qualifie même de earthquake, tant son impact sur l’écosystème global est tout simplement majeur. Le Wall Street Journal évoque par exemple la fin des Big Six, les six grandes majors dominant Hollywood et jusque là constituées de 20th Century Fox, Disney, Warner Bros, Universal, Sony et Paramount. 20th Century Fox désormais consolidé (**) dans Disney, on assiste à un changement d’ère à Hollywood. Déjà très puissant avant cette opération, Disney se retrouve désormais avec un portefeuille d’actifs vidéo sans commune mesure, cela à tous les étages de la chaîne de valeur.

Le très étendu portefeuille d’actifs de Disney en Afrique

En Afrique, la galaxie Disney recouvre désormais les chaînes éditées par Fox Network Groupe (FNG) Europe & Afrique (National Geographic, Nat Geo WILD, etc.) et distribuées par nombre de services pay TV dans la région (Canal+ Afrique, DStv, StarSat, etc.). A ces chaînes, il faut ajouter celles éditées en propre par Disney et distribuées par les mêmes services. En ce qui concerne l’organisation, c’est Disney France qui pilote pour l’instant les opérations en Afrique francophone et au Maghreb, quand Disney Africa opère en Afrique du Sud et dans une moindre mesure les marchés subsahariens anglophones. FNG pour sa part pilote toutes les opérations africaines de Fox depuis les bureaux de Londres. A la suite  de l’absorption, le marché est donc en attente de la nouvelle configuration qui sera mise en place, configuration qui concernera aussi Endemol Shine Africa qui intègre désormais aussi le portefeuille de Disney en Afrique, sans oublier les accords de distribution de 20th Century Fox avec Les Films 26 et FilmOne.

Le marché attend aussi l’arbitrage que rendra Robert Iger, patron du nouveau super géant, en ce qui concerne la SVOD. A l’été, son groupe et 20th Century Fox ont chacun exprimé leur souhait d’interrompre à moyen terme la distribution de leurs contenus par Netflix. L’un et l’autre avaient aussi indiqué envisager lancer leurs propres services dans quelques années, probablement après le premier semestre 2019. Mais en consolidant les actifs acquis chez 21st Century Fox, Disney prend le contrôle (60%) de Hulu, historique concurrent de Netflix. Son portefeuille inclut aussi FOX+ et National Geographic+, auxquels s’ajoutent les projets parallèles SVOD portés par les deux anciens groupes. Disney avait d’ailleurs dans l’optique de ses projets SVOD pris le contrôle (75%) du fournisseur de techno BAMTech et annoncé que le service de vidéo à la demande de ESPN pourrait voir le jour dès 2018. Pour l’instant, l’offre OTT de Disney semble ainsi être plurielle et surtout fragmentée. Pour rappel, FOX+ est distribué en Afrique du Sud par Black de Cell C. C’est la même plateforme qui est annoncé pour distribuer National Geographic+, si le projet va à son terme.

Première incursion de M6 en Afrique

Après le méga deal Disney – 21st Century Fox Jeudi, l’ivoirien Voodoo et le français M6 ont également, à leur modeste échelle, secoué le marché Vendredi en annonçant une prise de participation de 33% du second au capital de Life TV, future chaîne TNT ivoirienne détenue par Voodoo. L’avènement de cet accord constitue la première incursion capitalistique de M6 sur le marché vidéo en plein essor de l’Afrique. Et si l’on en croit les nombreuses rumeurs, d’autres acteurs français majeurs devraient bientôt suivre en Côte d’Ivoire le groupe de Nicolas de Tavernost. Ce qui promet une belle concurrence sur le premier marché audiovisuel d’Afrique de l’ouest francophone.

Une dernière info majeure sur le marché de la vidéo concerne le pivotage de iROKO dans sa stratégie de développement pour se focaliser sur l’Afrique subsaharienne, région qu’il compte faire monter à hauteur de 99% de son parc d’abonnés d’ici 5 ans.

(*) : Voir newsletter Happens Africa n°63

(**) : Il faut toutefois encore attendre l’aval des autorités de régulation de la concurrence

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.