François Deplanck quitte Canal+ sur fond de polémique

François Deplanck NCI 200x200

Le désormais ex-Directeur des chaînes et contenus de Canal+ International quitte-t-il vraiment le groupe audiovisuel français pour se lancer dans un projet entrepreneurial comme l’a-t-on annoncé en interne ? Un communiqué de RSF (Reporter Sans Frontières) publié Vendredi semble indiquer le contraire, l’organisme évoquant plutôt un cas de censure. Il demande d’ailleurs au comité d’éthique de la chaîne de s’en saisir au plus vite. Mais que s’est-il passé ?

Rappel des faits

Le 15 Octobre, Canal+ en France diffuse, dans le cadre de l’émission hebdomadaire L’Effet papillon un sujet titré « Lâche le trône » et présentant la situation politique critique qui a cours au Togo depuis quelques mois, situation née de manifestations à répétition contre Faure Gnassingbé et parfois lourdement réprimées. Dès les lendemains, se serait tenu un comité d’entreprise au cours duquel des explications vives auraient eu cours avec les responsables de l’antenne. Consigne de déprogrammation expresse aurait ensuite été donnée en ce qui concerne les rediffusions, de même qu’une exfiltration de toutes les plateformes digitales du groupe (CanalPlay, YouTube, Dailymotion, etc.). Mais, environ un mois plus tard, mi-Novembre, le sujet est de retour à l’antenne … sur Canal+Afrique. Cette fois, la direction ne se contente plus de mises en garde. Un premier mis en cause saute, une programmatrice. Elle est licenciée pour faute (n’avoir pas respecté la consigne de non rediffusion de ce sujet sur les antennes Canal+) rapporte le Canard Enchaîné. Mardi, c’est au tour de François Deplanck de quitter son poste au sein du groupe, officiellement pour raison personnelle, officieusement pour faire un exemple, un autre (tout le monde a encore en mémoire l’épisode iTélé). C’est l’avis de la médiasphère, conforté Vendredi par la prise de parole de RSF qui y voit de la censure. Les mesures annoncées en interne semblent en tout cas l’attester. Le Canard Enchaîné indique en effet que suite à l’incident, il a été décidé que les sujets de magazines seront désormais supervisés par le Directeur général des antennes du Groupe, Gérald-Brice Viret.

Les liens de Vincent Bolloré avec Faure Gnassingbé

Selon diverses sources (Arrêt sur images, Les Jours, etc.), toute cette affaire tient des relations d’affaires entre Bolloré et le Togo présidé par Faure Gnassingbé. Le pôle logistique et activités portuaires du groupe français opère notamment au Togo un terminal à conteneurs. Vivendi Village a également lancé il y a quelques semaines un CanalOlympia à Lomé. Sans qu’on ne puisse établir de lien de causalité entre les intérêts économiques au Togo du groupe français et les suites de la diffusion sur des antennes Canal+ de « Lâche le trône », il est possible de le préjuger car des faits de censure présumée auraient déjà eu cours par le passé (à Canal+ pour un sujet sur le Crédit Mutuel ; à Direct Matin concernant un article fourni par Le Monde sur la RATP, etc.).

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.