Tigo Sénégal : une affaire de dates on vous dit

Millicom Tigo Sénégal _200x200

Vendredi, dans une nouvelle salve, Wari tente de prouver qu’il a bien respecté l’esprit de l’accord conclu le 02 Février pour l’acquisition de Tigo Sénégal, filiale locale du luxembourgeois Millicom. Selon l’interprétation du groupe fintech sénégalais, « deux dates essentielles » ont été convenues entre les deux parties pour sceller définitivement l’accord de cession : le 02 Juin pour un « état des lieux à mi-parcours sur le processus de financement » , et le 02 Novembre qui correspond à la « date limite pour le paiement intégral » du montant convenu, cette date étant aussi le terme prévu pour le processus de due diligence.

La vie de l’accord jusqu’à sa résolution

A partir de là un acompte de 10 millions de dollars a été versé par Wari le 04 Février. Le 15 du même mois, le telco luxembourgeois informe l’administration publique sénégalaise (Premier ministre, Ministre des télécoms, etc.) et leur demande une autorisation pour transférer à terme à Wari la licence qu’elle détient. Le 02 Juin, les deux parties se seraient rencontrées, à Paris, pour « passer en revue la transaction » et convenir de rencontres de « suivi bimensuel« . Au cours de cet échange parisien, Millicom aurait proposé « d’apporter un soutien plus actif au due diligence » et même d’étendre son appui « pour donner plus de confort aux banques » , et faciliter à Wari la levée de fonds. Jusqu’au 26 Juillet, les deux parties se seraient revues plusieurs fois. Une dernière rencontre aurait d’ailleurs eu lieu ce 26 Juillet entre les deux parties avec des « consultants et experts de la banque » ajoute le communiqué de Wari.

Le 28 Juillet est pourtant intervenu le courrier de résolution de Millicom pour non respect par Wari de son obligation contractuelle de libérer le solde de 119 millions de dollars au 02 Juin. Le telco luxembourgeois annonce quelques jours plus tard (31 Juillet) un nouvel accord avec le consortium Teylium – NJJ Capital – Sofima. Le 1er Août, un décret présidentiel vient pourtant valider le premier deal, celui conclu avec Wari (en son article 1). Mais Millicom l’ignore et poursuit les discussions avec Teylium – NJJ Capital – Sofima. Entre temps, un dirigeant de l’organe de régulation des télécoms prend la parole pour indiquer qu’un nouveau décret pourrait être pris pour valider l’accord avec Teylium – NJJ Capital – Sofima s’il s’avérait que Wari ne s’acquitte effectivement pas du solde de 119 millions de dollars. Mais ce nouveau décret n’a pour l’instant pas été publié.

Le 18 Octobre, Wari prévient par courrier Millicom de la disponibilité dudit solde, courrier auquel répond le 25 Octobre Millicom par une fin de non recevoir. Le groupe fintech sénégalais annonce en conséquence le déclenchement à venir d’une procédure judiciaire avec demande d’astreinte, ce dont prend acte Millicom tout en dénonçant des manœuvres dilatoires de Wari. C’est désormais l’escalade entre les deux parties, chacune étant certaine de son bon droit.

Des pressions dénoncées par Kabirou Mbodje

Kabirou Mbodje s’en remet alors à l’arbitrage de Macky Sall selon Libération, un média local qui a jusqu’à présent prouvé qu’il était très bien informé sur la vie de « la saga Tigo Sénégal » et de ses nombreux développements. Le CEO de Wari aurait adressé au président sénégalais un courrier pour le solliciter et dénoncer des pressions subies par Afreximbank, l’un des organismes financiers faisant partie du pool lui ayant permis de mobiliser les 119 millions de dollars représentant le solde de la transaction. Le patron de Wari n’aurait toutefois rien dit des auteurs desdites pressions, ni de la forme de ces dernières.

On attend le next stape.

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.