Côte Ouest opère sa mue vers l’OTT

Côte Ouest Audiovisuel _200x200

A Abidjan en Mai, le Discop avait largement tourné autour du digital et nombre d’acteurs, dont Bernard Azria, avaient d’ailleurs rappelé combien la tendance à la digitalisation est devenue structurante dans l’industrie audiovisuelle. C’est donc sans surprise que Côte Ouest, producteur et distributeur ivoirien de contenus depuis 1997, a annoncé Mercredi à l’occasion du Discop Johannesburg qu’il allait désormais accélérer en ce qui concerne l’OTT.

« Nous faisons face à une très importante révolution dans la consommation des contenus audiovisuels. Notre business ne sera plus jamais pareil » a déclaré le dirigeant ivoirien selon des propos rapportés par Variety. En conséquence, son groupe lancera dès Novembre toute une série de nouvelles offres adressant notamment le public des millenials et iGen réputés être des cord-cutters. La première est MyNina, format délinéarisé de Nina TV, la chaîne de novelas éditée par Côte Ouest depuis 2015. Il prend la forme d’une application mobile proposant en OTT et à la demande les contenus de la chaîne.

En outre, le groupe ivoirien, opérant par ailleurs un incubateur de création audiovisuelle (CO2), fera commercialiser par des opérateurs tiers Yolo, une plateforme VOD proposant un catalogue de contenus au format court. Aux mêmes acteurs, il offrira la possibilité de commercialiser les plateformes Nollybest (un catalogue de contenus Nollywod) et Novela Avenue (catalogue de novelas). Enfin, le distributeur ivoirien développera sur-mesure de micro web TV pour les opérateurs.

Il sera intéressant de voir à moyen terme comme se développe le nouveau pôle digital que propulse Côte Ouest Audiovisuel, ainsi que sa contribution aux revenus du distributeur. En effet, en dépit de l’engouement manifeste de l’ensemble des parties prenantes, le marché semble encore peiner à véritablement décoller, comme en témoignent les premiers échecs enregistrés. Et c’est sans compter la pression supplémentaire qu’exercera à moyen terme (dans le cas des marchés africains) les géants de la tech (Facebook, Apple, Google, etc.)

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.