Le digital, source d’opportunités dans la logistique en Afrique

Jumia express delivery logistique 200x200

L’Afrique, avec ses 54 pays, est le deuxième continent le plus peuplé du monde après l’Asie, et représente, à cet égard, un terrain d’opportunités immense pour le secteur de la logistique, les échanges y étant de plus en plus accrues. En même temps, le Kenya, notamment – le deuxième pays d’Afrique en termes de logistique d’après la Banque Mondiale, ne possède que 14% de routes bitumées.

Alors qu’aux États-Unis, par exemple, la logistique est en train d’être complètement bouleversée par l’usage d’internet et par les innovations de pure players comme Uber et Amazon, qu’en est-il en Afrique?

Jumia, l’Amazon africain

Jumia, la startup propulsée par Rocket Internet, est aujourd’hui considérée comme l’équivalent d’Amazon en Afrique, ou l’entreprise américaine n’est que très peu présente. Jumia a multiplié son chiffre d’affaires par 5 en 2 ans, et a vendu plus de 80 000 références dans 12 pays africains entre 2012 et 2016. A la manière d’Amazon, peut-on imaginer que Jumia développe ses propres services de livraison ?

Pour le moment, Jumia semble en effet suivre les pas de ses concurrents outre-atlantique, avec le lancement de Jumia Express – l’équivalent d’Amazon Prime – et de Jumia Food – l’équivalent de UberEats (ce dernier essayant également de se lancer en Afrique, en livrant pour le moment dans 15 villes).

De plus en plus d’échanges en ville

Il est également intéressant de constater le recours régulier aux ventes entre particuliers en Afrique. En témoigne l’essor de sites comme ExpatDakar ou Le Portail en Côte d’Ivoire. L’utilisation croissante de ces sites d’annonces ont aussi pour effet d’accroître les échanges locaux. On peut donc facilement supposer que des services comme AmazonFlex ou UberRush – recourir à des conducteurs en freelance pour livrer des marchandises en ville – attirent beaucoup de clients.

C’est aussi le pari qu’ont fait les créateurs de ZemExpress, service qui met en relation les clients (particuliers ou entreprises) avec des motos-taxis qui livrent des colis porte-à-porte au Bénin.

Vers un renouveau de la logistique grâce au digital ?

Alors qu’aux États-Unis, UberFreight permets aux expéditeurs d’entrer directement en contact avec les entreprises de transports, Bifasor s’efforce de répliquer ce modèle au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Ghana.

Les choses ne bougent donc pas seulement en Amérique. Grâce à des projets locaux portés par le digital, le paysage africain de la logistique est lui aussi entrain d’être complètement bouleversé.

 

Camille Richer

Responsable Marketing, TradeMachines

 

NB : les tribunes sont publiées sous la responsabilité de leurs auteurs
Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.