Le trafic internet fixe et mobile en Afrique selon Sandvine

Le canadien Sandvine vient de publier l’édition 2016 de son étude annuelle qui décrypte le trafic internet en Afrique et dans d’autres régions du monde. Concernant le device mobile, premier mode d’accès internet en Afrique, deux principaux enseignements peuvent être relevés :

  • la communication OTT/VoIP représente près de la moitié (41,57%) du trafic ascendant ; statu quo par rapport à 2015
  • le divertissement (streaming audio, vidéo, gaming, etc.) progresse de façon substantielle pour approcher les 20% du trafic descendant ; ce type de contenu représentait moins de 10% du trafic descendant en 2015 (il approchait les 50% en Amérique du Nord).

Sandvine 2016 - mobile access

En ce qui concerne les plateformes de contenus, Sandvine identifie le trio (*) de tête constitué de YouTube (9,87%), Whatsapp (7,42%) et Facebook (6,14%) en trafic agrégé. Ce trio diffère de celui de 2015 qui comptait Whatsapp (10,86%), Blackberry (7,11%) et Facebook (5,22%).

Sandvine 2016 - application share

Pour l’internet fixe, c’est le divertissement qui consomme plus du quart du trafic agrégé. Et sur ce canal aussi, YouTube qui arrive en tête (16,35% du trafic).

Sandvine 2016 - fixed access

Les plateformes de SVOD telles que iROKO, ShowMax, Netflix, Buni.tv (racheté par Trace pour être intégré à Trace Play), etc. et les services de catch-up TV des différents opérateurs n’émergent donc pas encore assez pour peser sur le trafic internet global africain et figurer nominativement au classement Sandvine.

(*) à l’exclusion du grand ensemble des autres HTTP

 

Crédit : Sandvine – 2016 Global Internet Phenomena

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.